Ecoutez Radio Sputnik
    L'AIEA

    En sortant de l'accord sur le nucléaire iranien, «les USA ont compromis leur réputation»

    © Photo: REUTERS/Heinz-Peter Bader
    International
    URL courte
    12421

    Il y a un an, en mai 2018, Donald Trump a annoncé le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), conclu en 2015, et le rétablissement des sanctions contre l'Iran, destinées à «réduire à zéro» son économie et à changer le système politique dans ce pays. Deux parlementaires iraniens ont commenté la situation pour Sputnik.

    Se retirant unilatéralement du Plan d'action global conjoint (JCPOA) en mai 2018, Washington a rétabli ses sanctions à l'encontre de l'Iran et a même adopté de nouvelles restrictions sévères contre la République islamique afin d'anéantir son économie et d'y changer le système politique.

    Cette «démarche nucléaire» des États-Unis est une perfidie pure et simple, a déclaré à Sputnik Seyyed Hossein Naqavi-Hosseini, porte-parole de la Commission spéciale pour le Plan d'action global conjoint (JCPOA) au parlement iranien.

    «Cet accord a été approuvé par le Conseil de sécurité des Nations unies et l'Union européenne, et tous les pays du groupe "5+1" ont accepté que les activités de l'Iran et sa coopération avec ledit groupe devraient se poursuivre en conformité avec cet accord. Selon toutes les déclarations de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) publiées jusqu'à présent [12 déclarations, ndlr], l'Iran a rempli tous ses engagements», a rappelé le député.

    Et d'ajouter que les Américains s'étaient malgré tout retirés unilatéralement de l'accord sur le nucléaire iranien en violation de toutes les normes du droit international.

    «Leur retrait du JCPOA s'expliquait par leur volonté de poursuivre leur politique hostile et agressive à l'égard du peuple iranien. […] Les États-Unis ont compromis leur réputation internationale», a résumé l'Iranien.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Hadi Shooshtari, membre de la Commission de la Sécurité nationale et de la Politique extérieure du parlement iranien, a également insisté sur le fait que les États-Unis étaient un pays qui violait facilement les lois internationales.

    «Le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien a amené la communauté internationale à une importante conclusion: les États-Unis sont un pays qui se met à la table des négociations, signe des accords, mais refuse de les respecter et viole les lois internationales. Cela ne concerne pas uniquement l'accord sur le nucléaire iranien. Pendant les deux dernières années, depuis la venue de Donald Trump à la Maison-Blanche, les États-Unis ont renoncé à nombre de leurs engagements et de protocoles internationaux. Ainsi, le JCPOA n'est que l'un d'entre eux», a souligné le député.

    Lire aussi:

    La canicule fait ses premiers morts en France
    Une femme décédée pendant 27 minutes raconte ce qu'elle a vu et vécu
    L’éruption de la «bouche de l’enfer» dans les Kouriles après 100 ans de sommeil tue tout ce qui vit (images)
    Tags:
    réputation, négociations, loi, droit international, violations, engagements, Plan global d'action conjoint (JCPOA), présidence américaine, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Sputnik, Donald Trump, Hadi Shooshtari, Seyyed Hossein Naqavi-Hosseini, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik