Ecoutez Radio Sputnik
    Force de l’espace ambitionnée par Donald Trump

    La Force de l’espace ambitionnée par Trump «n’est qu’un cas d’égo-politique»

    © Courtesy of the US Air Force Space Command
    International
    URL courte
    4141

    La Force de l’espace (Space Force), dont Donald Trump a proposé la création, coûterait aux États-Unis entre 1,4 et 3,2 milliards de dollars et 1,5 milliard de dollars par an pour payer des milliers d’employés et couvrir les frais généraux. Sputnik en a discuté avec Gbenga Oduntan, professeur associé à l'université du Kent.

    En février, le Président états-unien a signé une directive centralisant toutes les fonctions spatiales militaires au sein de la Force de l'espace qui a son propre chef d'état-major et un sous-secrétaire d'État à l'Espace, mais qui reste dans le giron de l'armée de l'air, comme le corps des Marines qui opère au sein de l'US Navy. Quoi qu'il en soit, ce projet nécessitera encore l'approbation du Congrès.

    «Peut-être devrions-nous partir du fait que le Congrès est en règle générale très réticent à suivre les itinéraires très ambitieux empruntés par le Président actuel», a déclaré à Sputnik Gbenga Oduntan, professeur associé à l'université du Kent.

    Et d'ajouter que cette fois également l'initiative de Donald Trump sur la Force de l'espace se heurtait au scepticisme du Congrès, les élus ayant exprimé de nombreux doutes sur l'utilité d'une telle force.

    «Ils ont parfaitement raison de dire que ce projet sera trop coûteux. C'est pourquoi ils ont discrètement abandonné les versions précédentes du plan d'une force spatiale», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, il s'agit en réalité de la nouvelle idéologie de l'administration Trump.

    «Selon la plupart des analystes, le projet de cette force spécialisée, élaboré par l'administration Trump, n'est qu'un cas d'égo-politique. Il est parfaitement inutile, bien que de nombreux États fassent de plus en plus appel à l'espace pour la sécurité nationale afin de l'utiliser pour tromper, perturber ou détériorer, par exemple, des satellites ou d'autres systèmes spatiaux ennemis», a poursuivi l'universitaire, rassurant toutefois que la menace n'avait certainement pas encore atteint ce stade.

    Il a toutefois relevé qu'autrefois l'administration Reagan était «tombée» dans la «guerre des étoiles», mais finalement le bon sens l'avait emporté.

    «Quelques décennies plus tard, nous avons eu les "guerres des étoiles 2" de George Bush, qui sont également mortes de leur mort naturelle. […] Compte tenu des nombreux problèmes nationaux des États-Unis notamment en matière de lutte contre la pauvreté, pour une éducation de qualité et l'accès des soins de santé pour les citoyens américains, j'espère que d'autres forces rationnelles nous éloigneront de cette entreprise inutile pour laquelle l'administration Trump s'embarque à présent. À mon avis, ce n'est rien de plus qu'un voyage de l'ego», a noté l'expert.

    Et de souligner que ce n'était pas la voie à suivre.

    «Ce n'est certainement pas la direction dans laquelle nous devrions nous diriger. […] L'exploration de l'espace présente de nombreux avantages, dont des quantités incroyables de ressources. […] Dévier notre énergie collective vers une fausse course à l'espace, ou une course aux armements dans l'espace serait terriblement décevant», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

    En février 2019, Donald Trump a signé un document sur la mise en place d'une Force de l'espace ayant pour mission de contrer les agressions et de défendre les intérêts nationaux des États-Unis dans l'espace. Moscou a déclaré que Washington créait ainsi les prémisses d'une militarisation de l'espace et que la Russie se verrait obligée d'y répondre.

    Lire aussi:

    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Erdogan déclare que l’ex-Président égyptien Morsi «a été tué»
    Exit le F-35, la Turquie dévoile son propre projet d'avion furtif, «le meilleur chasseur en Europe» (photo)
    Tags:
    marines US, militarisation, ennemis, ressources naturelles, projet, armée, espace, satellite, université du Kent, US Navy, Congrès des États-Unis, Sputnik, Gbenga Oduntan, Donald Trump, Kent, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik