International
URL courte
13240
S'abonner

Le locataire de la Maison-Blanche a démenti les rapports selon lesquels Washington envisageait d’envoyer 120.000 militaires au Moyen-Orient si Téhéran attaquait des forces américaines.

Après avoir adressé une ferme mise en garde à la République islamique, Donald Trump a démenti tout projet d’envoyer 120.000 soldats au Moyen-Orient pour contrer l’Iran, évoqué la veille par le New York Times.

«Est-ce que je le ferais? Absolument. Mais nous ne l’avons pas planifié. Espérons que nous n’ayons pas à le planifier. Si nous devions le faire, nous enverrions beaucoup plus d’hommes que ça», a-t-il affirmé devant les journalistes à la Maison-Blanche.

Lundi soir, le quotidien a rapporté que le secrétaire américain à la Défense par intérim Patrick Shanahan avait présenté un plan selon lequel jusqu’à 120.000 hommes pourraient être envoyés au Moyen-Orient si Téhéran attaquait des forces américaines.

Début mai, les États-Unis avaient annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions USS Abraham Lincoln et de bombardiers en réponse à une «menace crédible» émanant de Téhéran. Par ailleurs, un navire de guerre transportant des véhicules et une batterie de missiles Patriot doit se joindre à la flotte emmenée par l’USS Abraham Lincoln.

Dans un entretien accordé à CNN à cette occasion, l’ambassadeur iranien auprès des Nations unies Majid Takht Ravanchi a accusé la partie états-unienne de mener une «guerre psychologique» contre son pays.

Lire aussi:

Benalla qualifie de «catastrophique» l’exfiltration de Macron d’un théâtre parisien
Un chat se réveille confus entre les pattes d’un golden retriever – vidéo
Une histoire d’amour coûte la vie à un jeune Marocain
Adopté par un couple russe, ce puma mène une vie de chat domestique – photos
Tags:
Patriot (missile), Golfe persique, USS Abraham Lincoln, troupes US, Proche-Orient, États-Unis, Iran, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik