International
URL courte
7022
S'abonner

Un journaliste de Sputnik a été agressé par la police militaire dans la capitale du Soudan, Khartoum. Les policiers lui ont assené des coups de matraque sur la tête et le dos alors qu’il était en train de faire un reportage.

Le correspondant de Sputnik Mohammad El-Fatih a reçu plusieurs coups de matraque sur la tête et sur le dos lors de son reportage dans les rues de Khartoum, capitale du Soudan où un coup d'État a eu lieu en avril.

Selon le correspondant, la police militaire l'a attaqué lorsqu'il faisait un reportage en direct sur la situation à Khartoum sur fond de nettoyage des rues de barricades et de barrages sur le pont Mac Nimr, enjambant le Nil Bleu.

«Ce mercredi, au cours de mon reportage dans les rues de Khartoum, la police militaire des forces d'appui opérationnel m'a donné des coups de matraque sur la tête et le corps au centre du pont Mac Nimir. Les forces d'appui opérationnel étaient en train de démanteler des barricades et des barrages sur le pont Mac Nimir.»

Un soldat a attrapé son portable, l'a jeté par terre et l'a brisé, a-t-il poursuivi. «Un autre groupe composé de cinq militaires m'a matraqué, bien que je lui aie dit que j'étais journaliste et que je faisais un reportage demandé par ma rédaction», a ajouté le correspondant.

L'agence d'information internationale Rossiya Segodnya a lancé un appel aux autorités du Soudan pour réaliser une enquête approfondie sur cet incident.

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 en France chute de plus de moitié en une journée
«Collabos!»: la présidente de l’UNEF huée à Paris lors de l’hommage à Samuel Paty - vidéo
Scènes surréalistes de collégiens condamnant le comportement du professeur décapité devant leur école de Conflans
Tags:
journalistes, matraques, reportage, police, Rossiya Segodnya, Khartoum, Soudan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook