Ecoutez Radio Sputnik
    Logo  de Facebook

    Une société israélienne bannie de Facebook pour avoir manipulé l’opinion en Afrique

    © Sputnik . Natalia Seliverstova
    International
    URL courte
    13172

    Facebook a annoncé jeudi 16 mai avoir supprimé 265 comptes, pages et groupes Facebook et Instagram faisant partie d’un réseau implanté en Israël qui diffusait de fausses informations ou influait de manière malhonnête sur le débat politique.

    La société de Mark Zuckerberg a annoncé avoir supprimé 265 comptes, pages et groupes Facebook et Instagram impliqués dans des «comportements coordonnés suspects». Le réseau était actif depuis Israël et visait le Nigeria, le Sénégal, le Togo, l'Angola, le Niger et la Tunisie, ainsi que certaines activités en Amérique latine et en Asie du Sud-Est.

    Facebook signale que bien que les personnes à l'origine de ce réseau aient tenté de dissimuler leur identité, son enquête a révélé qu'une partie de cette activité était liée à une entité commerciale israélienne, le groupe Archimedes.

    «Cette organisation et toutes ses filiales sont désormais bannies de Facebook et une lettre de cessation et de désistement a été émise», précise le réseau social dans son communiqué.

    Les différents comptes étaient suivis par environ 2,8 millions de personnes. Entre décembre 2012 et avril 2019, ils ont diffusé pour plus de 700.000 euros de publicités politiques.

    Facebook signale que les personnes à l'origine de ce réseau se présentaient comme étant locales. Il en va de même des organes de presse. Les acteurs du réseau ont publié des informations prétendues confidentielles sur des hommes et femmes politiques. Les administrateurs des pages et les titulaires des comptes publiaient régulièrement des articles sur l'actualité politique, notamment en rapport avec élections de divers pays, les points de vue des candidats et les critiques des opposants politiques.

    «Nous avons identifié ces comptes et pages au cours de nos enquêtes internes sur des comportements présumés inauthentiques coordonnés. Nous avons partagé des informations sur notre analyse avec des partenaires de l'industrie et des décideurs», a communiqué Facebook.

    Lire aussi:

    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    L’Élysée aurait ignoré les renseignements français, qui estimaient qu’un G7 à Biarritz était «la pire» solution
    Les États-Unis émettent un mandat de saisie pour le pétrolier iranien Grace 1 libéré par Gibraltar
    Tags:
    enquête, élections, réseau, Instagram, Israël, Mark Zuckerberg, Facebook
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik