International
URL courte
Par
Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)
181636
S'abonner

Trois mois après le début de la contestation, où se dirige l’Algérie? Une période de transition, où le peuple va pouvoir gouverner en démocratie ou au contraire un autoritarisme militaire, voire islamiste? Pour répondre à toutes ces questions, Désalliances a reçu l’écrivain et opposant historique du pouvoir, Boualem Sansal.

Le peuple est dans la rue et gronde depuis bientôt trois mois en Algérie. Si ces millions de manifestants ont obtenu quelques victoires, symbolisées notamment par la démission d’Abdelaziz Bouteflika, leurs désirs de changements profonds, de changement de système, peinent à se réaliser.

L’Algérie est-elle plus que jamais à la croisée des chemins? Se dirige-t-on vers un scénario à l’égyptienne, où l’armée va conserver le pouvoir? Le hirak (mouvement contestataire qui s’est formé en février dernier) va-t-il pouvoir s’organiser et écrire des propositions concrètes pour la transition politique? Et qu’en est-il du pouvoir réel des islamistes? Autant de questions posées à l’écrivain Boualem Sansal, qui réside à Boumerdès en Algérie. Mais si le public connaît cet intellectuel grâce à sa plume, le nom Boualem Sansal résonne aussi comme celui d’un opposant historique au pouvoir algérien.

Pas tendre avec l’armée et son représentant actuel Gaïd Salah, qu’il traite «d’ignare et d’ignorant», Boualem Sansal s’interroge aussi sur la capacité du hirak à proposer un nouveau modèle, une nouvelle Constitution.

Dossier:
Campagne de lutte anti-corruption en Algérie (2019) (31)

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
L'Italie enregistre son pire bilan de morts en 24 heures depuis le début de l'épidémie
Tags:
soulèvement, crise libyenne, opposition armée, vie politique, homme politique, révolutionnaire, crise politique, gouvernement, opposition modérée, islamistes, révolution, arrestation, géopolitique, services secrets, Ramadan, élection présidentielle, démission, opposition, politique, islam, manifestation, coup d'Etat, islamisme, terrorisme, armée, corruption, renseignement, présidentielle algérienne 2019, guerre d'Algérie (1954-1962), ramadan, Haute instance indépendante de surveillance des élections (Algérie), Département du renseignement et de la sécurité algérien (DRS), Hirak, Saïd Bouteflika, Issad Rebrab, Ahmed Gaid Salah, Abdelkader Bensalah, Abdelaziz Bouteflika, Emmanuel Macron, Oussama ben Laden, Recep Tayyip Erdogan, Algérie, Libye, Arabie Saoudite, Turquie, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook