Ecoutez Radio Sputnik
    Un rendez-vous

    Crimes via Tinder et d’autres applis de rencontres: les 6 règles pour ne pas tomber dans un piège

    CC0 / Pixabay / StockSnap
    International
    URL courte
    Ekaterina Yanson
    1140

    Les applications de rencontres gagnent partout en popularité, mais aussi parmi les criminels. Le directeur exécutif du site de rencontres Wamba, Iaroslav Sergueïev, détaille dans un entretien à Sputnik les principales cyberarnaques et donne des conseils pour ne pas tomber dans ces filets.

    Pire que les «belles blondes»: si ces représentantes de la gent féminine semblent représenter une menace pour les touristes chinois à Paris, des utilisateurs de Tinder, Grindr ou encore d'autres applications de rencontres s'avèrent préparer des rendez-vous peu agréables à leur «perfect match».

    Avec l'essor de la popularité des sites de rencontres, escrocs et criminels saisissent l'occasion de chercher sur ces plateformes les victimes pour leurs escroqueries ou agressions. Contacté par Sputnik, le directeur exécutif du site de rencontres russe Wamba (Mamba rebaptisé), Iaroslav Sergueïev, explique comment fonctionnent les principaux schémas criminels et donne des conseils pour ne pas tomber dans un piège.

    Cybercrimes: spam industriel et chantage

    En ce qui concerne les cybercrimes au sens propre, il existe deux types d'arnaques: la fraude industrielle et les arnaques ponctuelles, telles que le chantage.

    Dans le premier cas, les arnaqueurs ne cherchent pas à tromper une personne concrète, mais se spécialisent dans le spam industriel de masse, qui est «assez reconnaissable», explique M.Sergueïev.

    «Ces utilisateurs mènent un dialogue de façon aveugle, ne s'engagent pas dans une conversation profonde, ne sont pas intéressés à connaître mieux la personne et n'essayent même pas de créer une illusion d'intérêt. Ils disent tout simplement: "Tu es un bon mec, envoie-moi de l'argent sur ce téléphone"».

    En cas de refus, l'arnaqueur va tout simplement trouver une autre victime généreuse.

    «Ces schémas sont assez bien détectés par nos mécanismes automatiques et les comptes de ces utilisateurs sont vite bloqués», poursuit-t-il.

    «Le deuxième type d'arnaque est de caractère plus personnel et vise à récupérer des sommes plus importantes. Cette escroquerie sophistiquée inclue d'habitude le chantage ou des arnaques financières plus compliquées, mais elles sont plus rares sur les sites de rencontres.»

    Un cas d'école: une «jeune fille» fait connaissance d'un jeune homme, peu après elle souhaite le contacter sur les réseaux sociaux. Ensuite, elle propose de s'échanger des photos à caractère pornographique. Pour cela, elle demande des images où l'individu ou son appartement sont identifiables. En échange, elle envoie des photos téléchargées sur le Net.

    Une fois que les photos (ou des vidéos) sont reçues et que la «jeune fille»-arnaqueuse dispose également des réseaux sociaux, de la liste d'amis, idéalement avec la compagne de sa victime, elle commence son chantage: soit tu me verses de l'argent, soit nous envoyons tes photos à tes amis.

    M.Sergueïev précise que ces dialogues sont difficiles à reconnaître par les mécanismes du site. «En cela, c'est un délit pénal. […] Il existe différentes variantes, mais les moyens de réalisation sont les mêmes.»

    Ce qui doit alerter

    Si l'interlocuteur, dès les premières lignes, vous invite à aller parler sur un réseau social quelconque, demande votre état civil (marié ou non) ou votre numéro de téléphone, cela devrait être alarmant, pointe le directeur exécutif de Wamba. Ainsi l'arnaqueur peut essayer d'échapper aux mécanismes du système de sécurité. «En réponse, il faut insister que cela vous convient de parler ici, proposer de faire connaissance, faire un appel vidéo.»

    La victime recherchée est une personne naïve avec de piètres connaissances en l'espèce. «Ces derniers temps, j'observe la tendance que les fraudeurs ciblent les générations plus âgées. Si ces schémas sont plus ou moins familiers aux jeunes, qui sont plus sceptiques à leur égard, les personnes de 55 ans et plus n'en sont pas au courant», fait remarquer M.Sergueïev.

    Mesures de précaution pour éviter l'arnaque

    Ne versez jamais d'argent sur les téléphones et les comptes bancaires d'interlocuteurs que vous ne connaissez pas personnellement, même si l'explication semble plausible.

    Évitez de parler avec ceux qui, dès le début, souhaitent changer de plateforme de communication, demandent votre numéro de téléphone, vos pages des réseaux sociaux.

    Choisissez vous-même l'endroit pour le rendez-vous. Ne prépayez pas et choisissez plutôt un lieu public.

    Ne faites pas de sexting avec des interlocuteurs peu connus.

    Ne transférez à personne le contenu de messages envoyés sur votre numéro de téléphone, car après avoir reçu ces informations, le fraudeur pourra gérer le compte de votre téléphone ou de votre carte bancaire.

    N'allez pas sur des sites que vous proposent des interlocuteurs peu connus et n'y laissez en aucun cas vos données personnelles.

    Viols, actes de pédophilie, agressions et vols dans la vie réelle

    Certains pays, dont le Royaume-Uni, enregistrent un taux accru de crimes commis via Tinder: depuis les trois dernières années, leur nombre a doublé jusqu'en janvier 2019, où la police britannique avait à gérer déjà une vingtaine de crimes par semaine. Et ce, après que, de 2013 à 2015, le pourcentage de délits réalisés via Tinder et Grindr en Angleterre et dans le Pays de Galles a déjà vécu une envolée (il a été multiplié par sept).

    Parmi les tristes issues de ces rencontres risquées avec des utilisateurs-criminels, on compte des actes de pédophilie, des viols, des agressions et des vols. La France ne fait pas exception.

    Un violeur en série sévissant sur Tinder s'est vu condamné en Belgique en avril dernier à sept ans de prison ferme et 40.000 euros de dommages et intérêts. Une plateforme était également utilisée par un tueur en série aux États-Unis afin de rechercher une future victime.

    «Il faut comprendre qu'au moment où les utilisateurs sont repartis dans la vie réelle, ils cessent d'exister pour nous, nous sommes impuissants», souligne le directeur exécutif de Wamba. Qui et comment arnaquer, cela est égal au fraudeur, «donc il va là où ses plans sont plus facilement réalisables. C'est aussi valable pour le maniaque. Même si les systèmes de rencontres, réseaux sociaux et messageries n'existaient pas, ce maniaque hypothétique trouverait une victime dans la rue. Mais au fur et à mesure que l'espace de communication s'élargit et gagne en popularité auprès des gens, de sales histoires s'y passent plus fréquemment», conclut M.Sergueïev.

    Lire aussi:

    Un «nouveau» véhicule de la police française filmé de l'intérieur... son état se passe de mots (vidéo)
    L'Iran promet de ne pas se rendre même sous les bombes
    La France veut déployer un système de défense antiaérienne en Turquie en plein conflit autour des S-400
    Tags:
    chantage, cybercriminalité, sécurité, conseils, escroquerie, escroc, arnaque, fraude, danger, rendez-vous, rencontre, site de rencontres, Grindr, Tinder, Russie, Belgique, France, États-Unis, Pays de Galles, Angleterre, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik