International
URL courte
45474
S'abonner

À l’approche des élections au Parlement européen, le chef de la Ligue, Matteo Salvini, qui est aussi vice-président du Conseil des ministres et ministre de l’Intérieur italien, multiplie les réunions pour unir les partis souverainistes de l’UE. Un spécialiste norvégien de la politique étrangère a commenté la situation pour Sputnik.

Le chef de file de la Ligue italienne, Matteo Salvini, appelle les souverainistes à se mobiliser en masse pour dépasser la gauche aux élections européennes qui se dérouleront entre le 23 et le 26 mai, pour faire du groupe Europe des nations et des libertés (ENL), où siègent déjà la Ligue, le RN de Marine Le Pen et le FPÖ autrichien, la troisième force du Parlement européen. Son mouvement est passé de la périphérie au centre de l'Union européenne, ce qui a fait de Matteo Salvini, vice-président du Conseil des ministres et ministre de l'Intérieur italien, le leader de la principale coalition de droite aux élections au Parlement européen, a indiqué à Sputnik Glenn Diesen, expert norvégien en politique étrangère.

«Salvini est en train de devenir la pire crainte de l'UE, ce leader redoutable qui unit les mouvements de droite à travers toute l'Europe dans le but d'inverser la centralisation du pouvoir politique», a poursuivi le politologue.

Et de rappeler que le leadership de Matteo Salvini était par ailleurs logique car l'Italie est un des membres fondateurs de l'Union européenne et siège au G7.

La coalition souverainiste «est unie par le but de modifier les règles de l'Europe via le rejet du fédéralisme et le retour à l'"Europe des nations"», a relevé M.Diesen.

Il estime en outre qu'un succès aux élections encouragerait les leaders souverainistes, «tout en obligeant l'UE à élaborer une conception plus attrayante de l'avenir. […] Un exemple éclatant en est sans doute le fait que Macron a récemment remis en doute les accords de Schengen, […] ce qui montre que si les élites politiques veulent se maintenir au pouvoir, ils doivent céder aux pressions populistes», a résumé l'interlocuteur de Sputnik.

La Ligue a organisé le samedi 18 mai une manifestation d'envergure à Milan, à laquelle participent des dirigeants et représentants de plusieurs partis européens, comme la présidente du RN Marine Le Pen, le fondateur et dirigeant du Parti néerlandais pour la liberté Geert Wilders, ainsi que des eurodéputés et divers hommes politiques.

Lire aussi:

Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Assassinat de Mohsen Fakhrizadeh: un temps Mossad à Téhéran
Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Tags:
politique, victoire, coalition, souverainiste, élections européennes, Europe des nations et des libertés (ENL), Parlement européen, Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Ligue, Sputnik, Rassemblement national (RN), Glenn Diesen, Viktor Orban, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, Matteo Salvini, Europe, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook