Ecoutez Radio Sputnik
    Sebastian Kurz

    En pleine crise gouvernementale en Autriche, Kurz annonce des législatives anticipées

    © REUTERS / LEONHARD FOEGER
    International
    URL courte
    9151
    S'abonner

    Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé qu'il souhaitait la tenue d'élections législatives anticipées en Autriche pour couper court au scandale impliquant son vice-chancelier, Heinz-Christian Strache.

    Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a annoncé samedi 18 mai la convocation prochaine d'élections législatives anticipées et la fin de la coalition avec le parti Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), ébranlé par un scandale de corruption.

    «J'ai proposé au Président de la République que de nouvelles élections soient organisées, et cela le plus tôt possible», a déclaré M. Kurz, cité par l'AFP, lors d'une allocution devant la presse, quelques heures après la démission du numéro deux du gouvernement et chef du FPÖ Heinz-Christian Strache.

    M. Strache avait formé un gouvernement avec le chancelier conservateur Sebastian Kurz en décembre 2017.

    Heinz-Christian Strache a annoncé samedi 18 mai sa démission des postes de vice-chancelier autrichien et de président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ). Il est visé dans un scandale à cause d'une vidéo publiée le 17 mai par les médias allemands Der Spiegel et Süddeutsche Zeitung et prise secrètement à Ibiza avant les élections législatives autrichiennes de 2017. Elle montre Heinz-Christian Strache à côté d'une femme blonde. D'après ces médias, il s'agit de la nièce d'un oligarque russe à qui il a proposé des contrats gouvernementaux en échange d'un soutien financier à son propre parti en vue des élections.

    Heinz-Christian Strache assure toutefois que la femme en question est citoyenne lettonne et non russe. Il reconnait avoir commis «une erreur», en précisant ne pas vouloir «fournir un prétexte pour affaiblir la coalition» formée en décembre 2017.

    Tags:
    élections législatives, crise, scandale, Heinz-Christian Strache, Sebastian Kurz, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik