International
URL courte
6143
S'abonner

Selon les militaires russes, au moins deux soldats syriens sont morts et sept ont été blessés dans des attaques d'extrémistes menées en l'espace de 24 heures le lendemain du cessez-le-feu unilatéral. Ils rapportent que des bandes armées illégales ont pilonné au moins dix villes en Syrie, dont certaines ont été frappées plusieurs fois.

Au moins deux soldats de l'armée syrienne sont morts et sept ont été blessés lors d'un pilonnage opéré par des terroristes en Syrie, selon le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit qui l'a annoncé lors d'une conférence de presse le 19 mai.

«Malgré le fait qu'à minuit le 18 mai, les forces armées syriennes ont unilatéralement décrété un cessez-le-feu dans la zone de désescalade d'Idlib, des infractions se produisent du côté des bandes armées illégales… Comme résultats des pilonnages, deux membres des forces armées syriennes sont morts, sept ont été blessés», a annoncé le directeur du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit.

Selon lui, les terroristes ont pilonné en l'espace de 24 heures au moins dix villes en Syrie, certaines ont été frappées plusieurs fois.

Le directeur a souligné que le Centre appelait les commandants des bandes armées illégales à refuser les provocations armées et à emprunter la voie d'un règlement pacifique de la situation dans les régions qui se trouvent sous leur contrôle.

Qui plus est, le 18 mai, 57.975 Syriens qui n'ont pas effectué leur service militaire, y compris des réfugiés et des ex-membres de bandes armées illégales, ont été amnistiés par la Syrie.

Lire aussi:

Venue vider le logement de son père défunt, elle fait une découverte explosive
Le nombre de décès le plus élevé depuis avril et les nouveaux cas en baisse en 24h en France
«Nous sommes libres de décapiter»: des milliers de messages de bots envahissent des sites français
Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
Tags:
frappes, morts, cessez-le-feu, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook