Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Pourquoi le directeur technique de Facebook a-t-il pleuré lors d’une interview?

    © AP Photo / Marcio Jose Sanchez
    International
    URL courte
    209
    S'abonner

    Des larmes ont été aperçues dans les yeux du directeur technique de Facebook, Mike Schroepfer, lorsqu’il était interrogé sur les problèmes techniques du réseau social, écrit The New York Times. En mars dernier, Facebook a en effet tardé à supprimer la vidéo montrant le massacre de Christchurch qui a coûté la vie à 51 personnes.

    Lors d'une rencontre avec des journalistes du New York Times au siège de Facebook, le directeur technique du réseau social, Mike Schroepfer, n'est pas parvenu à cacher son émotion, écrit le journal dans un article du 17 mai. Selon le média, ce sont notamment les défis techniques que pose la suppression des contenus dangereux qui ont donné à M.Schroepfer envie de pleurer.

    Pendant cette interview, les journalistes ont évoqué l'attentat de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, durant lequel un tireur a assassiné le 15 mars dernier 51 personnes tout en diffusant son attaque en direct sur Facebook.

    «M.Schroepfer s'est tu. Ses yeux ont commencé à briller», écrit le média.

    The New York Times rappelle que lors de cet attentat, Facebook a eu besoin d'environ une heure pour supprimer le live. Pendant ce temps, la tragique vidéo était relayée par de nombreux internautes.

    «Ce ne sera pas réglé demain. Mais je ne veux pas avoir de nouveau cette conversation dans six mois. Nous pouvons faire beaucoup, beaucoup mieux pour rattraper tout ça», a assuré le directeur technique.

    Mike Schroepfer, qui travaille pour Facebook depuis 2013, a été chargé de concevoir des outils d'intelligence artificielle devant permettre de mieux détecter les contenus dangereux et d'empêcher que des images et des vidéos comme celles-ci ne soient à nouveau diffusées sur le réseau social.

    Suite à l'attentat de Christchurch, Facebook a annoncé le 15 mai une modification des règles de diffusion des vidéos. Désormais, toute personne ne les respectant pas se verra interdire l'utilisation de Facebook Live pour une période déterminée.

    Tags:
    The New York Times, Facebook, Inc, Christchurch, Nouvelle-Zélande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik