Ecoutez Radio Sputnik
    Systèmes S-400

    Israël et la Grèce derrière le conflit Turquie-USA autour des S-400 russes? Un ex-général turc l’affirme

    © Sputnik . Alexey Malgavko
    International
    URL courte
    20351

    Les inquiétudes exprimées par Washington quant à l’achat des systèmes russes S-400 par Ankara ne sont qu’un prétexte servant à évincer la Turquie du programme de F-35, estime dans un entretien à Sputnik, Erdogan Karakus, général-lieutenant en retraite des forces aériennes turques.

    La porte-parole du département d’État américain, Morgan Ortagus, a mis en garde Ankara contre les conséquences négatives de l’acquisition de systèmes S-400 russes sur ses relations avec les États-Unis et l’Otan. Contacté par Sputnik, le général-lieutenant en retraite Erdogan Karakus estime que les reproches américains envers les S-400 s’inscrivent dans leur plan de ne pas octroyer à la Turquie de F-35.

    «La position des États-Unis dans ce domaine n’a aucun fondement légal. Aucune information sur les F-35 ne peut être transmise via les S-400. Ce n’est qu’un prétexte. Le principal objectif des Américains est de refuser les livraisons des F-35», constate celui qui est actuellement président de l’association turque des officiers en retraite, docteur en histoire et général-lieutenant en retraite des forces aériennes turques.

    M.Karakus fait remarquer que l’affaire est de grande ampleur et va au-delà des rapports tendus entre la Turquie et les États-Unis sur la question.

    «Dans cette situation, il faut prêter attention non seulement à la position des USA, mais aussi à celles d’Israël et de la Grèce qui sont intéressés à conclure des contrats de fourniture de pièces dans le cadre du programme de F-35, contrats d’un montant de plusieurs milliards. Par conséquent, ils aspirent à évincer la Turquie de ce programme», souligne le général-lieutenant en retraite.

    La position de Washington est très décevante pour la Turquie, puisqu’elle a rejoint le programme de production des F-35 il y a 20 ans et a «apporté depuis lors une contribution significative dans le développement de ce projet».

    «Entre-temps, la Russie, en livrant à un pays-membre de l’Otan un système d’armement moderne et complexe comme le S-400, démontre une position vraiment audacieuse et dévouée. Car elle aurait pu également exprimer de l’inquiétude en raison d’une possibilité hypothétique d’acquisition par le renseignement de l’Otan d’informations sur les S-400. Cependant, les inquiétudes et mécontentement à ce sujet proviennent des USA alors qu’il n’y a pas de raisons pour cela», a résumé M.Karakus.

    La chaîne CNBC a précédemment indiqué, se référant à ses sources, que Washington avait donné à Ankara deux semaines pendant lesquelles il doit renoncer aux systèmes antiaériens russes et acheter des Patriot américains. Sinon, la Turquie sera exclue du programme de F-35.

    Pour autant, le ministre adjoint turc des Affaires étrangères, Yavuz Selim Kiran, a déclaré de son côté qu’il n’y avait pas eu une telle déclaration officielle de la part des États-Unis.

    Lire aussi:

    La justice italienne ordonne la saisie du navire Open Arms
    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Tags:
    plan, général, contrat, défense antiaérienne, F-35 Lightning II, S-400, Washington, Ankara, Turquie, Grèce, Israël, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik