Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de Huawei

    Le patron de Huawei annonce l’arrivée de son propre système d’exploitation

    © AP Photo / Mark Schiefelbein, File
    International
    URL courte
    371185

    Le géant chinois Huawei a fait savoir qu’il pourrait lancer son propre système d’exploitation, disponible dès l’automne prochain en Chine et début 2020 en Europe, mais uniquement si la société était empêchée d’utiliser Android et Windows 10, selon CNBC.

    Richard Yu, le patron de la division mobile du groupe chinois Huawei, a déclaré qu'il pourrait mettre en service son propre système d'exploitation.

    «Nous ne le voulons pas, mais nous y serons obligés en raison des mesures du gouvernement américain», a-t-il indiqué à la chaîne CNBC.

    Le système devrait être prêt dès le quatrième trimestre de cette année pour le marché chinois, tandis qu'une version pour les marchés extérieurs serait disponible au cours du premier semestre 2020.

    Richard Yu a toutefois souligné que cet OS ne serait lancé que si la société était empêchée d'utiliser Android et Windows 10.

    «Aujourd'hui, chez Huawei, nous sommes toujours attachés à Microsoft Windows et Google Android. Mais si nous ne pouvons pas utiliser ceux-ci, Huawei préparera un plan B pour utiliser notre propre système d'exploitation», a expliqué Richard Yu, cité par CNBC.

    Donald Trump a signé le 15 mai un décret interdisant aux entreprises américaines d'utiliser du matériel de télécommunication fabriqué par des entreprises présentant un risque pour la sécurité nationale, ce qui revient à interdire aux groupes américains de faire affaire avec Huawei.

    Lire aussi:

    «L'Iran a fait une très grosse erreur»: Trump réagit à la destruction du drone US par les militaires iraniens
    Poutine évalue les possibles conséquences d'une guerre impliquant l'Iran
    La Russie se prépare-t-elle à une guerre? La réponse de Poutine
    Tags:
    sécurité nationale, télécommunication, marchés, Android, Windows 10, Huawei, Google, Microsoft, CNBC, Donald Trump, Richard Yu, États-Unis, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik