International
URL courte
281256
S'abonner

Le Président américain a annoncé lundi 27 mai sa volonté d’engager des pourparlers avec Téhéran lequel l’appelle également de ses vœux. Il a précisé ne pas vouloir que «des choses terribles se produisent».

Après une rencontre avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe à Tokyo, Donald Trump a évoqué lundi 27 mai la possibilité de négociations avec Téhéran, rapporte The Associated Press.

«Le Premier ministre m'en a déjà parlé et je crois que l'Iran veut négocier. Et s'il veut négocier, nous voulons aussi négocier […] Personne ne veut que des choses terribles se produisent, en particulier moi», a-t-il déclaré.

Le Président américain a aussi assuré ne pas chercher «un changement de régime» en Iran.

Les tensions américano-iraniennes sont montées d'un cran suite à la décision des États-Unis de reconnaître les Gardiens de la révolution islamique comme organisation terroriste. Le Conseil suprême iranien de sécurité nationale a à son tour qualifié le Commandement central des États-Unis (CENTCOM) d'organisation terroriste et les États-Unis d'«État sponsor du terrorisme». Les États-Unis ont par la suite déployé au Moyen-Orient un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, ainsi qu'un porte-avions.

Ces derniers temps, Washington a aussi durci les sanctions contre Téhéran. Fin avril, la Maison-Blanche a annoncé qu'à partir du 2 mai il n'y aurait pas d'exemption pour les importateurs de pétrole iranien.

Par la suite, l'Iran a affirmé le 8 mai qu'il cessait d'appliquer plusieurs points du Plan d'action global commun (JCPOA), notamment ceux ayant trait à ses réserves d'eau lourde et d'uranium enrichi. Il a souligné qu'il ne se sentait plus lié par les limitations imposées par le document.

Lire aussi:

Le général Lecointre quitte son poste au commandement des armées
Le refus de Biden de tenir une conférence de presse avec Poutine expliqué
Joe Biden perd le nord lors du sommet du G7 – vidéo
Le traitement anti-Covid de l’Institut Pasteur de Lille reçoit le feu vert pour les essais cliniques
Tags:
négociations, sanctions, Donald Trump, Shinzo Abe, Tokyo, Iran, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook