Ecoutez Radio Sputnik
    Le destroyer iranien Damavand

    Un porte-avions US «n’est pas entré dans le golfe Persique par crainte», affirme un commandant iranien

    © Sputnik . Saïd Tsarnaev
    International
    URL courte
    13446
    S'abonner

    Le porte-avions envoyé par le Pentagone au Moyen-Orient sur fond de montée des tensions avec l’Iran «s’est arrêté» dans l’océan Indien sans être entré dans le Golfe «par crainte», a affirmé un haut-gradé des Gardes de la Révolution islamique. Washington n’a pour l’instant pas réagi à cette déclaration.

    Les États-Unis sont dans leur «position la plus faible de l’histoire» au Moyen-Orient, a déclaré Ali Fadavi, commandant adjoint des Gardiens de la Révolution islamique, cité par l'agence de presse Fars.

    Il a ajouté que l'un des porte-avions américains (l’USS Abraham Lincoln) qui devait se rendre dans la région «s'était arrêté dans l'océan Indien et n’était pas entré dans le golfe Persique par crainte», selon Fars.

    Washington n’a pour l’instant pas réagi à cette déclaration.

    Le responsable militaire iranien a également jugé «vaines» les négociations avec Washington.

    Donald Trump a évoqué lundi 27 mai la possibilité de négociations avec Téhéran, à condition que l’Iran «veuille négocier». Le Président américain a aussi assuré ne pas chercher «un changement de régime» en Iran.

    Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées alors que les États-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des «menaces» de la part de l'Iran.

    Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a cependant minimisé samedi 18 mai la possibilité d'une nouvelle guerre dans la région. À l'issue d'une visite en Chine, M.Zarif s'est dit «certain […] qu'il n'y aurait pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d'illusion quant à sa capacité à affronter l'Iran dans la région», a rapporté l'agence officielle Irna.

    Tags:
    destroyer, Proche-Orient, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik