Ecoutez Radio Sputnik
    Sebastian Kurz

    Le chancelier autrichien Sebastian Kurz renversé par le Parlement

    © AFP 2019 ROBERT JAEGER
    International
    URL courte
    10844
    S'abonner

    Une dizaine de jours après le scandale de corruption, le chancelier autrichien Sebastian Kurz a été poussé vers la sortie par une motion de censure, a annoncé la vice-présidente du Parlement, Doris Bures.

    En Autriche, le chancelier Sebastian Kurz a été renversé ce lundi 27 mai par une motion de censure, dix jours après le scandale de corruption, a déclaré la vice-présidente du Parlement, Doris Bures à laquelle se réfère l’AFP. 

    La motion a été votée par le FPÖ et l'opposition sociale-démocrate (SPÖ), qui rassemblent à eux deux 103 des 183 sièges du Conseil national, la chambre basse du Parlement autrichien, selon Reuters. 

    Le Président Alexander Van der Bellen va désormais devoir nommer un nouveau chancelier capable d'obtenir une majorité parlementaire pour gouverner jusqu'aux législatives.

    Sebastian Kurz a remanié son cabinet le 22 mai après le départ de l'ensemble des ministres FPÖ suite au départ forcé de Heinz-Christian Strache. Ce dernier avait annoncé sa démission des postes de vice-chancelier autrichien et de président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) dans un contexte de scandale.

    En effet, une vidéo, diffusée le 17 mai par les médias allemands Der Spiegel et Süddeutsche Zeitung et réalisée secrètement à Ibiza avant les élections législatives autrichiennes de 2017, montre Heinz-Christian Strache à côté d'une femme blonde. D'après ces journaux, il s'agit de la nièce d'un oligarque russe à qui il a proposé des contrats gouvernementaux en échange d'un soutien financier à son propre parti en vue des élections.

    Heinz-Christian Strache assure toutefois que la femme en question est citoyenne lettonne et non russe. Il reconnaît avoir commis «une erreur», en précisant ne pas vouloir «fournir un prétexte pour affaiblir la coalition» formée en décembre 2017.

    Tags:
    motion de censure, démission, parlement, gouvernement, Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Heinz-Christian Strache, Sebastian Kurz, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik