International
URL courte
2011
S'abonner

Selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères, les attaques des djihadistes de Hayat Tahrir al-Cham*, ancien Front al-Nosra*, se sont multipliées. De surcroît, les terroristes ont augmenté leur influence dans la zone de désescalade d'Idlib.

L'emprise dans la zone de désescalade d'Idlib des djihadistes de l'organisation terroriste Hayat Tahrir al-Cham* (ancien Front al-Nosra*) a augmenté au cours des six derniers mois, selon le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Verchinine, qui l'a annoncé lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies le 28 mai.

«En novembre, les terroristes de Hayat Tahrir al-Cham* avaient sous leur contrôle 60% de la zone de désescalade d'Idlib, à la fin du mois du mai 99%», a expliqué Sergueï Verchinine.

Il a ajouté que ces deux derniers mois les attaques des bandes armées illégales contre la base aérienne de Hmeimim, où les forces russes sont cantonnées, se sont multipliées.

Auparavant, le Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie avait appelé les chefs des radicaux à renoncer aux provocations armées et à contribuer au rétablissement de la paix dans les régions sous leur contrôle.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Le pétrole iranien au Venezuela: les dessous d’une manœuvre stratégique «face à un même adversaire»
Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Tags:
zone de désescalade, politique, influence, attaque, terrorisme, Moscou, Idlib, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook