Ecoutez Radio Sputnik
    Sommet de Hanoï

    L’échec du sommet de Hanoï aurait coûté la vie à l’émissaire spécial nord-coréen pour les USA

    © Sputnik . Taras Ivanov
    International
    URL courte
    24235

    Le quotidien sud-coréen Chosun Ilbo a annoncé l’exécution de plusieurs responsables en Corée du Nord suite à l'échec du sommet d'Hanoï avec Donald Trump. Ces informations restent toutefois difficiles à confirmer.

    Pyongyang a exécuté son émissaire spécial pour les États-Unis à la suite du fiasco du second sommet entre le leader nord-coréen Kim Jong-un et Donald Trump, en février dernier à Hanoï, a annoncé le journal sud-coréen Chosun Ilbo.

    Kim Hyok-chol, qui avait réalisé le travail préparatoire avant le sommet, ainsi que quatre autres hauts fonctionnaires auraient été fusillés pour trahison et espionnage.  

    «Kim Hyok-chol a été exécuté en mars à l'aérodrome de Mirim avec quatre hauts responsables du ministère des Affaires étrangères après une enquête», a assuré le quotidien en citant une source non identifiée et sans donner le nom des quatre victimes.

    Le ministère sud-coréen de l'Unification, qui s'occupe des questions intercoréennes, s'est refusé à tout commentaire sur l'article du Chosun Ilbo.

    Ce dernier rapporte en outre que l'interprète de M.Kim, Shin Hye-yong, a été envoyée dans un camp de prisonniers en raison d'une erreur commise lors du sommet. D’après une source diplomatique, elle n'avait pas traduit la proposition du dirigeant quand le Président américain avait déclaré qu'il n'y avait «pas d'accord» et avait quitté la table.

    Cependant, rien ne permet de confirmer ces exécutions.

    Lire aussi:

    Le drone US abattu par l'Iran a effectivement violé sa frontière, selon la Défense russe
    La Russie et la Tunisie mettent le cap sur un ambitieux programme spatial commun (photos)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    Tags:
    responsables, exécution, États-Unis, Corée du Nord
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik