International
URL courte
9161
S'abonner

L’Iran est disposé à tenir des pourparlers si une autre partie fait preuve de respect et suit les normes internationales, a déclaré le Président iranien, Hassan Rohani. Cependant, le pays n’accepte pas d’ordres ayant pour but de forcer les négociations.

Le Président iranien, Hassan Rohani, a déclaré que Téhéran était disposé à engager des pourparlers si son interlocuteur montrait du respect et se comportait de manière conforme aux règles internationales, mais pas s’il donnait l'ordre de mener des négociations, a affirmé l'agence de presse iranienne Fars New Agency.

«Nous sommes pour la logique et les pourparlers si (l’autre partie) s’assoit à la table des négociations avec respect en suivant les règles internationales, et non si elle donne l’ordre de négocier», a précisé Rohani.

Cette déclaration survient après que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré que Washington devrait remplir à nouveau ses obligations relatives à l'accord sur le nucléaire, dont il s'est retiré l'année dernière, pour pouvoir assurer des négociations constructives.

Le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, a souligné le 29 mai que l’Iran ne négocierait pas avec les États-Unis. Cependant, Rohani n'a pas exclu la possibilité de tenir des pourparlers avec les États-Unis en cas d’annulation des sanctions contre Téhéran et de renoncement à sa politique d’«oppression» de l’Iran.

En même temps, Donald Trump a souligné qu'il était ouvert aux négociations avec l'Iran, si le pays manifestait un tel désir. Le Département d'État américain a affirmé que Washington n'était pas opposé à l’emploi de médiateurs pouvant présenter sa position lors de ce dialogue.

Ces dernières semaines, les États-Unis ont renforcé leur présence au Moyen-Orient. Les nouveaux déploiements américains dans la région comprennent un groupe de frappe de porte-avions, des missiles Patriot, des bombardiers B-52 et des chasseurs F-15, selon le Pentagone.

Lire aussi:

Risque de guerre civile: «La situation est bien plus grave que ce que les gens imaginent», selon Me de Montbrial
Une jeune femme violée dans le métro parisien, son agresseur déjà arrêté 11 fois pour des infractions sexuelles
Un sondage donne la personnalité politique préférée des Français
Après un échange sur le racisme, Booba vire Jean Messiha du plateau de TPMP
Tags:
respect, Donald Trump, Washington, Téhéran, négociations, États-Unis, Hassan Rohani, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook