Ecoutez Radio Sputnik
    Matteo Salvini

    Voici pourquoi Matteo Salvini est reconnaissant envers le Maroc

    © AP Photo / Ronald Zak
    International
    URL courte
    12835

    Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini a remercié, dans un tweet, les autorités marocaines pour l’arrestation d’un membre présumé de la mafia napolitaine, recherché par Interpol depuis 2012.

    Le ministre de l'Intérieur et vice-président du Conseil des ministres italien, Matteo Salvini, a témoigné sa reconnaissance aux autorités marocaines pour l’arrestation de Raffaele Vallefuoco, membre du clan mafieux Polverino. À cette occasion, il a ainsi publié un message sur son compte Twitter.

    ​Raffaele Vallefuoco, recherché par Interpol et considéré comme un chef mafieux affilié à la Camorra (organisation mafieuse italienne clanique implantée essentiellement à Naples et en Campanie) a été arrêté à Tanger le 28 mai. La police italienne avait perdu sa trace en 2012.

    Cet Italien de 55 ans est le chef présumé d'une cellule de l'organisation Polverino, une branche de la Camorra. Il était recherché pour assassinats, trafic de drogue, extorsion de fonds et faits de violence.

    Dans son post de remerciements aux «autorités de Rabat», Matteo Salvini a précisé: «Douze arrestations pour la mafia à Enna et à Palerme, tandis qu'au Maroc un dangereux fugitif du clan Polverino se retrouve menotté. Le nettoyage continue! Merci aux forces de l'ordre, aux enquêteurs, aux autorités de Rabat. Pas de trêve pour les criminels!».

    Raffaele Vallefuoco a été appréhendé en exécution d’un mandat d’arrêt international lancé par les autorités italiennes via Interpol, a précisé la direction générale de la Sûreté nationale.

    Lire aussi:

    Un Boeing de Kuwait Airways emboutit une passerelle dans l’aéroport de Nice (vidéo)
    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Tags:
    Camorra, Interpol, arrestation, Maroc, mafia, Italie, Matteo Salvini
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik