International
URL courte
6216
S'abonner

Les crevettes ou encore le plancton seront-ils bientôt espions des États-Unis depuis les fonds des océans? Un programme du département américain de la Défense a pour objectif d’utiliser les poissons pour surveiller les fonds marins et améliorer sa capacité à détecter les véhicules sous-marins, rapportent des médias.

L’Agence pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) du département de la Défense des États-Unis dit vouloir utiliser des créatures marines dans des programmes d’espionnage sous l’eau, estimant que la lecture de leurs signaux pourrait aider à détecter des engins sous-marins, relatent le Daily Mail et Independent.

En exploitant la capacité des animaux marins à détecter les moindres perturbations dans leur environnement, la DARPA a déclaré pouvoir découvrir de manière préventive même les plus petits engins autonomes.

Parmi les créatures potentielles pouvant être employées dans ce programme appelé Les capteurs de vie aquatique persistants (PALS), figurent le mérou goliath, le bar noir, les crevettes grimpantes, ainsi que le plancton bioluminescent et d’autres microorganismes.

Selon The Independent, de nombreux animaux marins réagissent de manière audible ou visible aux changements sonores, optiques, électromagnétiques et chimiques de l’eau. Par exemple, les bancs de bars noirs changent de comportement lorsqu'ils sont perturbés par des véhicules sous-marins et certaines bactéries réagissent aux signatures magnétiques des sous-marins. La technologie de surveillance existante peut détecter ces agissements, mais les traitait généralement comme un bruit de fond.

«Le programme PALS a été développé pour tirer parti de la grande sensibilité des organismes océaniques aux changements de leur environnement», a déclaré à The Independent Lori Adornato, responsable du programme.

En théorie, le plan semble relativement simple: observer les créatures marines et transmettre leurs actions à un opérateur humain, mais dans la pratique il est difficile de discerner le bruit des signaux, en d'autres termes il est ardu de déterminer si les actions d'une créature sont directement liées à un véhicule sous-marin et non pas à un rorqual bleu.

Lire aussi:

Opération anti-drogue à Avignon: un policier mortellement blessé lors des tirs
Accident de laboratoire à l’origine du Covid-19: et si c’était vrai?
Un conseiller de Véran déplore «l’état catastrophique du pays» et rejoint le RN
Philippe de Villiers: «Nous sommes dans un Nouveau Monde totalitaire que Big Brother n’aurait pas conçu»
Tags:
sous-marin, animaux marins, programme, poisson, espionnage, Pentagone
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook