International
URL courte
8140
S'abonner

Trois marins à bord d'un sous-marin de la Royal Navy transportant 16 missiles nucléaires prenaient de la cocaïne et ont été confondus par un contrôle, a révélé The Mail on Sunday.

Trois marins du SNLE Vengeance (S31) britannique ont été testés positifs à la cocaïne peu de temps après l’escale de ce sous-marin de 15.900 tonnes dans un port militaire américain en Floride, rapporte The Mail on Sunday, citant ses propres sources.

Les trois marins ont dû quitter le bord du SNLE Vengeance à la base navale de Sa Majesté (HMNB) Clyde à Faslane, en Écosse.

Les sources supposent également que les trois marins faisaient partie d’un groupe plus important à bord du Vengeance qui avait pris de la cocaïne au cours de la dernière escale. Les autres marins, poursuivent les sources, ont été testés négatifs, car ils avaient préalablement bu de grandes quantités d’eau pour faire sortir la drogue de leur sang. La Royal Navy a refusé de commenter cette affirmation.

Ce scandale intervient deux mois à peine après que The Mail on Sunday avait révélé que sept marins avaient été expulsés d'un autre sous-marin de la Royal Navy, le HMS Talent, pour avoir pris la même substance.

Toujours selon les sources, la consommation de cocaïne à bord du Vengeance constitue un coup dur pour la Royal Navy, car ce sous-marin de 150 mètres de long transporte des missiles nucléaires Trident. Leur puissance destructrice est huit fois plus importante que celle de l'explosion nucléaire qui a détruit la ville japonaise d'Hiroshima au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
cocaïne, nucléaire, sous-marin
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook