Ecoutez Radio Sputnik
    Le Pentagone

    Le Pentagone évoque des «risques inacceptables» liés à l’acquisition des S-400 par la Turquie

    CC0 / Pixabay/12019
    International
    URL courte
    13338

    Washington a jugé inadmissible l’acquisition des systèmes russes S-400 par la Turquie, car cet achat ne rentre pas dans le cadre des engagements au sein de l’Otan, ainsi que «crée des risques inacceptables» pour les États-Unis.

    L’acquisition des systèmes de défense antiaérienne S-400 par la Turquie créera les risques inacceptables aux États-Unis, Washington espère qu'Ankara refusera ces systèmes, a déclaré Andrew Winternitz, l'adjoint par intérim du chef du Pentagone.

    «L'achat par la Turquie des systèmes de défense antiaérienne S-400 crée un risque inacceptable pour les États-Unis. Il n'y a aucune mesure qui peut atténuer nos inquiétudes par rapport à ce sujet», avance-t-il lors d’un forum de défense à Washington dédié à la politique de défense de l’Union européenne.

    D'après lui, les États-Unis discutent constamment avec Ankara cette question. Il a ajouté que du point de vue états-unien, l'acquisition par la Turquie des systèmes S-400 «est incompatible avec les engagements dans le cadre de l'Otan».

    Auparavant, Recep Tayyip Erdogan était revenu lors d’une conférence de presse à Istanbul sur le contrat avec la Russie, qui s’est engagée à fournir à Ankara des systèmes de défense antiaérienne S-400. Le Président turc a à plusieurs reprises proposé à Donald Trump de créer un groupe de travail sur les S-400. Ses demandes sont restées lettre morte.

    Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, Ankara commencera à déployer les S-400 sur son territoire dès octobre 2019.

    Washington a prévenu la Turquie que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a à plusieurs reprises promis que son pays ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des S-400.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    armes, S-400, politique, États-Unis, Washington, Pentagone
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik