International
URL courte
4415
S'abonner

Les islamistes condamnés pour terrorisme recrutent des prisonniers britanniques et les tabassent s’ils refusent de se convertir à l’islam, indique un rapport réalisé par le ministère de la Justice.

Des groupes islamistes présents dans des prisons britanniques ciblent d’autres détenus afin de les convertir à l’islam, selon un rapport gouvernemental rendu public récemment.

Le document indique que ces groupes, dirigés par des fanatiques condamnés pour terrorisme, cherchent à recruter les délinquants des gangs de rue ayant une «propension à la violence». Si ces derniers refusent de se convertir et de rejoindre leurs rangs, ils se voient ostracisés ou même attaqués.

Les auteurs du rapport, réalisé par le ministère de la Justice avec des chercheurs de l’université de Birmingham, se sont entretenus avec 83 délinquants et 73 membres du personnel des établissements pénitentiaires. D’après leurs conclusions, les groupes islamistes, régis par la violence et l’intimidation, parviennent à semer la peur non seulement parmi les prisonniers, mais aussi parmi les gardiens.

«Il y a une pression sous-jacente pour que les gens se convertissent et rejoignent le groupe. La tactique qu’ils utilisent est de se lier d’amitié avec les nouveaux arrivants. S’ils ne se convertissent pas, ils commencent alors à répandre des rumeurs à leur sujet, de sorte qu’ils seront mis à l’écart. Alors les coups suivent» explique un prisonnier cité dans le rapport.

Précédemment, des experts avaient averti que les extrémistes diffusaient leurs comportements et leurs idées dans les prisons britanniques.

Lire aussi:

Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La mère de trois enfants saute dans un étang gelé pour sauver un chien – vidéo
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Tags:
islamistes, violences, islam, conversion, détenus, prison, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook