International
URL courte
12287
S'abonner

Le plus probable successeur de Theresa May a annoncé que Londres pourrait refuser de payer la facture du Brexit jusqu’à ce que l’UE accepte un bon accord de retrait.

Grand favori pour le poste de Premier ministre britannique après le départ de Theresa May, Boris Johnson a prévenu qu’il refuserait que Londres paie la facture du Brexit tant que l’Union européenne ne lui proposerait pas de meilleures conditions de retrait, rapportent les médias européens.

«Nos amis et partenaires doivent comprendre que l’argent sera conservé jusqu’à ce que nous ayons plus de clarté sur le chemin à prendre», a déclaré M.Johnson dans un entretien au Sunday Times.

La «facture du Brexit», porte sur le paiement dû à l’Union européenne par le Royaume-Uni pour honorer sa part des engagements financiers pris conjointement avec les autres États membres européens alors qu’il appartenait encore à l’UE. Le gouvernement britannique a avancé un montant compris entre 40 et 45 milliards d'euros, bien que ces chiffres ne soient pas confirmés du côté de l’UE.

Un des grands artisans de la victoire du Brexit au référendum de juin 2016, Boris Johnson promet d’accélérer les préparatifs en vue d’un Brexit sans accord afin que le Royaume-Uni soit prêt face aux «perturbations» générées par cette situation.

Theresa May restera chef du gouvernement britannique jusqu’à fin juillet, après quoi le Parti conservateur devra désigner son nouveau chef qui deviendra aussitôt Premier ministre. Boris Johnson est perçu comme le favori parmi la dizaine de candidats en lice.

Lire aussi:

Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Frappes israéliennes en Syrie: «un comportement d’État voyou»
Tags:
Union européenne (UE), paiement, Royaume-Uni, Boris Johnson, Brexit, Theresa May
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook