International
URL courte
6436
S'abonner

Les autorités locales kurdes en Syrie ont remis dimanche 9 juin à une délégation française 12 orphelins de familles djihadistes, dont le plus âgé a 10 ans, a annoncé lundi un responsable dans un communiqué.

«12 orphelins français issus de familles de djihadistes» ont été remis «à une délégation du ministère français des Affaires étrangères», indique un communiqué d’Abdelkarim Omar, un haut responsable des Affaires étrangères de l'administration kurde.

Le transfert a eu lieu dimanche dans la ville syrienne d'Aïn Issa, dans le gouvernorat de Raqqa, deux enfants néerlandais orphelins ont également été remis à une délégation gouvernementale néerlandaise, toujours selon la même source.

Les enfants, dont le plus âgé a 10 ans, habitaient dans des camps où vivent toujours des dizaines de milliers de personnes qui ont fui les récents combats contre Daech*.

Fin mai 2019, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a annoncé qu'environ 450 ressortissants français affiliés au groupe terroriste Daech* étaient détenus par les Kurdes ou retenus dans des camps dans le nord-est de la Syrie.

Le chef de la diplomatie française a rappelé que seuls les enfants étaient susceptibles d'être rapatriés en France, s'ils sont orphelins ou si leur mère donne son accord, Paris s'opposant au retour des hommes considérés comme des combattants et des épouses. Ainsi, jusqu'à présent, cinq orphelins et une fillette de trois ans, dont la mère a été condamnée à la perpétuité en Irak, ont été rapatriés en France.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un enfant disparaît toutes les 10 minutes en France, voici la cause principale
Didier Raoult rejette une étude «foireuse» sur l'inefficacité de l'hydroxychloroquine
Rachida Dati se confie sur son mariage «forcé» avec «un Algérien»
Loi Avia: «il est urgent de mettre un coup d’arrêt à ce projet orwellien»
Tags:
ministère français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, famille, djihadisme, orphelins, France, Kurdes, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook