Ecoutez Radio Sputnik
    Un graffiti avec l'image du Boeing MH370 disparu

    La tragédie du vol MH370 pourrait se reproduire avec d’autres avions, selon un consultant en aéronautique

    © AP Photo / Joshua Paul
    International
    URL courte
    268

    Disparu en 2014, le Boeing malaisien reliant Kuala Lumpur à Pékin aurait pu faire l’objet de travaux de réparation mal effectués, a annoncé le consultant en aéronautique Alastair Rosenschein. Si c’est le cas, cela pourrait rendre d’autres avions défectueux et cet accident pourrait se reproduire, a-t-il souligné.

    Le manque de clarté sur les causes de la disparition du vol MH370 signifierait que tout aéronef est vulnérable, a déclaré l’ancien pilote devenu consultant en aéronautique Alastair Rosenschein:

    «Cet accident peut concerner d’autres avions ou il aurait pu résulter d’un travail de réparation technique qui avait été mal fait et qui aurait pu affecter d’autres modèles d’aéronefs», a-t-il affirmé dans le film documentaire Le vol MH370, sur la chaîne britannique Channel 5.

    «C’est vital de faire de son mieux pour aller jusqu’au fond de cela», a-t-il ajouté.

    En 2017, M.Rosenschein avait suggéré que la raison la plus probable de la tragédie du MH370 était l’explosion d’un réservoir d’oxygène.

    Selon cette hypothèse, cet incident aurait pu dépressuriser l’avion et rendre les pilotes incapables de reprendre le contrôle du vol, qui auraient pu perdre connaissance.

    Rosenschein a affirmé que l'avion avait effectivement volé au-dessus de Kuala Lumpur, mais que l'armée n'avait pas remarqué l'avion, et qu’ensuite elle avait menti en annonçant que l’aéronef avait disparu des radars à cause d'un transpondeur en panne.

    Le Boeing 777 a quitté Kuala Lumpur le 8 mars 2014 à 16h41 UTC. Malaysia Airlines a déclaré avoir perdu le contact avec l'appareil 38 minutes après le décollage. L'avion a été perdu de vue par les aiguilleurs du ciel, mais une heure plus tard, son système de communication par satellite (Satcom) a soudainement envoyé une demande de connexion alors que l'appareil survolait l'océan Indien.

    Le Boeing a échappé à la portée des radars civils, mais les enquêteurs ont pu suivre ses déplacements en analysant les données des radars militaires et les communications par satellite. Ces données ont montré que le MH370 avait volé vers le sud-ouest de l'océan Indien, après avoir fait un détour par la mer de Chine méridionale, puis par le détroit de Malacca. Certains enquêteurs supposent que l'avion était en mode pilote automatique alors qu'il volait vers le sud parce que sa trajectoire de vol correspondait à une ligne droite.

    Plusieurs débris ont depuis été retrouvés à La Réunion, sur l'île Maurice, à Madagascar et sur les côtes est de l'Afrique. Pourtant, son épave reste introuvable. La Malaisie a déboursé près de 116 millions de dollars pour tenter de le retrouver, renonçant finalement à ses tentatives en mai 2018. Une entreprise privée américaine d'exploration des fonds marins, Ocean Infinity, a aussi mené une recherche qui n'a donné aucun résultat. La disparition du vol MH370 est considérée comme l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile.

    Lire aussi:

    L’Onu dit détenir des preuves de l’implication du prince héritier saoudien dans le meurtre de Khashoggi
    Para bellum: un ultimatum de Washington à l’Iran révélé
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Tags:
    aéronautique, avion, Malaysia Airlines, disparition, Pékin, Kuala Lumpur, MH370, Boeing
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik