International
URL courte
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (72)
5128
S'abonner

Le fondateur de WikiLeaks fait l’objet d’une demande d’extradition envoyée le 6 juin par le département de la Justice des États-Unis aux autorités britanniques, informe The Washington Post en se référant à une source anonyme. Aux États-Unis, Julian Assange risque une peine de 175 ans de prison.

Le jeudi 6 juin, le département de la Justice des États-Unis a adressé aux autorités britanniques une demande d’extradition de Julian Assange, rapporte The Washington Post en se référant à un responsable américain parlant sous couvert d’anonymat.

Selon le traité d’extradition entre les deux pays, Washington avait 60 jours pour envoyer cette demande. Ce document interdit aux autorités états-uniennes de déposer d’autres accusations contre M.Assange que celles indiquées dans la demande d’extradition.

Fin mai, les États-Unis ont formulé 17 nouveaux chefs d'accusation à l'encontre du fondateur de WikiLeaks, affirmant qu'il avait publié illégalement les noms de sources classifiées et assisté l'ancienne analyste militaire américaine Chelsea Manning en vue d'obtenir l'accès à des informations top secrètes.

Si Julian Assange est reconnu coupable, il risque aux États-Unis une peine cumulée de 175 ans de prison.

Julian Assange, 47 ans, a été arrêté le 11 avril à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il s’était réfugié depuis sept ans, dans la crainte d'une demande d'extradition de la part des États-Unis.

Il a été condamné au début du mois de mai à près d'un an de prison par la justice britannique pour violation des termes de sa liberté conditionnelle lorsqu'il s'était réfugié à l'ambassade d'Équateur en 2012.

Dossier:
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (72)

Lire aussi:

Krach du bitcoin: le début de la fin pour la célèbre cryptomonnaie?
«Un jour normal à la Guillotière»: une bagarre à coups de truelle sur un marché sauvage de Lyon – vidéo
Un Mig-31 russe intercepte des avions de l'Otan au-dessus de la mer de Barents
«Déconstruire notre propre histoire»: Macron fait-il de la France un véritable «paillasson»?
Tags:
Royaume-Uni, États-Unis, extradition, WikiLeaks, Julian Assange
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook