International
URL courte
17241
S'abonner

Une nouvelle colonie a été inaugurée par le Premier ministre israélien sur le plateau syrien du Golan occupé: Ramat Trump, la colline Trump en hébreu, en l'honneur du Président américain, ce «grand ami d'Israël».

Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a inauguré dimanche 16 juin une nouvelle colonie sur le plateau syrien du Golan occupé par Israël. Elle a été baptisée Ramat Trump, la colline Trump en hébreu, en l'honneur du chef d'État américain.

«Le Golan est israélien et le restera toujours», a martelé Benyamin Netanyahou, rappelant que Donald Trump était un «très grand ami d'Israël ayant pris des décisions qui n'avaient pas été prises auparavant».

Le conseil des ministres s’est réuni sous une tente dans le nord du plateau du Golan en présence de l'ambassadeur des États-Unis, David Friedman. Un panneau portant le nom de la colonie a été dévoilé peu après l'annonce.

Environ 23.000 Druzes, minorité arabophone et musulmane également présente en Syrie et au Liban voisin, vivent sur la partie du Golan occupée et annexée par Israël, ainsi que 25.000 colons israéliens arrivés depuis 1967.

Le Président américain a tenu pour sa part à remercier Israël et Benyamin Netanyahou pour avoir approuvé l’appellation de la colonie, estimant que c’était «un grand honneur».

Le Premier ministre israélien avait annoncé le 12 mai dernier qu’Israël avait choisi un emplacement pour la colonie qui serait nommée en l’honneur du Président états-unien, le pays voulant ainsi remercier Donald Trump pour la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan.

Lire aussi:

Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Les photos d’un chat-garou affolent la toile - photos
Expulsée d’un sauna à cause de son maillot de bain jugé «inapproprié», elle soupçonne une autre raison – photo
Un véhicule fonce dans la foule en Allemagne: 30 blessés, une enquête pour «tentative de meurtre» ouverte
Tags:
colons, reconnaissance, souveraineté, Liban, Syrie, colonies, États-Unis, Israël, Donald Trump, Hauteurs du Golan, Benjamin Netanyahu
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook