Ecoutez Radio Sputnik
    Drapeau de la Chine

    Pékin appelle Washington et Téhéran à «ne pas ouvrir la boîte de Pandore»

    © CC0 / marselelia
    International
    URL courte
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (32)
    18513
    S'abonner

    Après l’annonce de Washington du déploiement de 1.000 militaires supplémentaires au Moyen-Orient et l'avertissement de Téhéran sur sa possible violation d'une limite prévue par l'accord international sur son programme nucléaire, Pékin a exhorté les parties à «garder la tête froide».

    La Chine a appelé mardi les États-Unis et l'Iran à la retenue après l'annonce de l'envoi d'un millier de soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient et l'avertissement de Téhéran sur le fait que le pays franchira bientôt une limite prévue par l'accord international sur son programme nucléaire.

    «Nous appelons toutes les parties à garder la tête froide [...] et à ne pas ouvrir la boîte de Pandore», a déclaré devant la presse le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, interrogé sur les renforts américains. «Les États-Unis devraient notamment changer leur pratique de pression maximale [...]. Non seulement cela ne permet pas de résoudre le problème, mais cela aggrave la crise.»

    Washington a décidé d'envoyer environ 1.000 militaires supplémentaires au Moyen-Orient, a annoncé le secrétaire américain à la Défense, Patrick Shanahan. Cette annonce est intervenue peu après la publication par son ministère de nouveaux documents accusant l'Iran d'avoir attaqué deux pétroliers en mer d'Oman la semaine dernière.

    De son côté, Téhéran a annoncé que ses réserves d'uranium enrichi passeraient à partir du 27 juin au-dessus de la limite prévue par l'accord de 2015.

    «L'Iran doit prendre ses décisions avec précaution, il ne doit pas abandonner cet accord à la légère», a souligné Wang Yi lors d'un point presse avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moualem, en visite en Chine.

    L’Union européenne a refusé de son côté de s’aligner sur Washington et s’est montrée plus prudente dans l’attribution des responsabilités de l’incident.

    Ces déclarations interviennent dans un contexte de regain des tensions entre Téhéran et Washington consécutif aux attaques qui ont visé deux pétroliers dans le golfe d’Oman près du détroit d’Ormuz. La partie américaine, soutenue par le Royaume-Uni, l’Arabie saoudite et Israël, a imputé les attaques aux Iraniens.

    La République islamique a démenti toute implication dans l’incident en soulignant que si elle décidait de bloquer le détroit d’Ormuz, elle le ferait ouvertement. Les Gardiens de la Révolution iraniens ont par ailleurs pris en charge une quarantaine de membres d’équipage de ces navires.

    Dossier:
    «Attaque» contre deux pétroliers dans le golfe d'Oman (32)

    Lire aussi:

    Fusillade dans un hôpital tchèque: les forces spéciales entrent dans l'établissement
    Une nouvelle fonctionnalité fait son apparition sur WhatsApp
    Bachar el-Assad désigne deux causes de la guerre en Syrie
    Tags:
    retenue, Iran, Washington, Téhéran, Pékin, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik