Ecoutez Radio Sputnik
    Iran, image d'illustration

    L’Iran dit étudier la possibilité d’acheter des S-400 russes

    © AP Photo / Iranian Presidency Office
    International
    URL courte
    13620

    En cas de «nécessité», Téhéran négociera avec Moscou l’acquisition de systèmes de défense antimissile russes S-400, a déclaré à Sputnik Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale.

    L’Iran pourrait négocier avec la Russie d’une éventuelle acquisition de systèmes de défense antimissile russe S-400, a déclaré Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême iranien de la sécurité nationale dans une interview à Sputnik.

    «L’Iran a toujours eu une vaste coopération avec la Russie dans le domaine militaire et dans celui de la sécurité. Si les évaluations du secteur de la défense révèlent la nécessité d’acquérir des S-400, nous agirons comme dans le cas des S-300, nous organiserons des négociations et prendrons une décision avec nos amis russes», a-t-il expliqué.

    Le 9 juin, lors d’une cérémonie à Téhéran, le ministre iranien de la Défense Amir Hatami a présenté un nouveau système de défense antimissile fabriqué par l’Iran, le Hordad 15. Ce système serait capable de frapper plusieurs cibles avec des missiles iraniens Sayyad 3.

    Auparavant, citant des sources ayant requis l’anonymat, l’agence Bloomberg a annoncé que la Russie avait refusé de vendre des systèmes de missiles antiaériens S-400 à l’Iran. Le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov a par la suite commenté ces rumeurs et a fait savoir que la Russie n’avait pas reçu de sollicitation à cet égard de la part de Téhéran.

    Lire aussi:

    En Algérie, la première cause de la prolifération «inquiétante» du cancer est culinaire
    Les jus de fruits 100% naturels présentent un danger mortel, révèlent des médecins français
    L'emplacement secret d'armes nucléaires US en Europe dévoilé par hasard
    Tags:
    Ali Shamkhani, défense antimissile, S-400, Russie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik