Ecoutez Radio Sputnik
    Un homme écrit un mot de condoléances lors de la journée de commémoration des victimes du MH370

    Le pilote du vol disparu MH370 aurait coupé volontairement l’oxygène aux passagers

    © AP Photo / Daniel Chan
    International
    URL courte
    8219
    S'abonner

    Opérée par le pilote, la dépressurisation volontaire de l’appareil aurait eu pour but d’accélérer la mort des passagers du vol MH370, disparu le 8 mars 2014.

    Zaharie Ahmad Shah, le commandant de bord du vol 370 Malaysia Airlines, disparu en mars 2014, aurait asphyxié volontairement les passagers avant de faire plonger l’appareil, écrit The Atlantic, se référant à un rapport de l’enquête.

    Comme l’ont établi des experts, les pilotes de l’avion ont dévié le vol de son itinéraire. La responsabilité en est rejetée sur Zaharie Ahmad Shah car il a été révélé qu’avant la tragédie, il s’était entraîné sur un simulateur de vol artisanal à effectuer un trajet quasi-identique se terminant par un crash.

    Dans le rapport cité par The Atlantic, il est suggéré que Shah aurait tué ou neutralisé le co-pilote avant de dépressuriser la cabine et de gagner de l’altitude en élevant l’appareil à plus de 12km au-dessus du niveau de la mer. La source à laquelle se réfère l’édition suppose que le but était de précipiter la mort des passagers.

    Le Boeing 777 a quitté Kuala Lumpur le 8 mars 2014 à 16h41 UTC. Malaysia Airlines a déclaré avoir perdu le contact avec l'appareil 38 minutes après le décollage. L'avion a été perdu de vue par les aiguilleurs du ciel, mais une heure plus tard, son système de communication par satellite (Satcom) a soudainement envoyé une demande de connexion alors que l'appareil survolait l'océan Indien.

    Le Boeing a échappé à la portée des radars civils, mais les enquêteurs ont pu suivre ses déplacements en analysant les données des radars militaires et les communications par satellite. Ces données ont montré que le MH370 avait volé vers le sud-ouest de l'océan Indien, après avoir fait un détour par la mer de Chine méridionale, puis par le détroit de Malacca. Certains enquêteurs supposent que l'avion était en mode pilote automatique alors qu'il volait vers le sud parce que sa trajectoire de vol correspond à une ligne droite.

    Sand sculpture made by Indian sand artist Sudersan Pattnaik with a message of prayers for the missing Malaysian Airlines flight MH370
    © AFP 2019 Asit Kumar
    Une sculpture de sable du MH370

    Plusieurs débris ont depuis été retrouvés à La Réunion, sur l'île Maurice, à Madagascar et sur les côtes est de l'Afrique. Pourtant, son épave reste introuvable. La Malaisie a déboursé près de 116 millions de dollars pour tenter de le retrouver, renonçant finalement à ses tentatives en mai 2018. Une entreprise privée américaine d'exploration des fonds marins, Ocean Infinity, a aussi mené une recherche qui n'a donné aucun résultat. La disparition du vol MH370 est considérée comme l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile.

    Tags:
    Kuala Lumpur, enquête, oxygène, disparition, Boeing 777, avion, Zaharie Ahmad Shah, Malaisie, MH370
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik