International
URL courte
15148
S'abonner

Le Pentagone a détaillé la composition du contingent militaire qu’il envoie au Moyen-Orient dans un contexte de tensions accrues avec l'Iran. Il comprendra plus de 1.000 soldats supplémentaires et des systèmes Patriot.

Le contingent que les États-Unis comptent envoyer au Moyen-Orient comprendra 1.000 soldats supplémentaires, un bataillon de missiles Patriot, des avions de surveillance avec ou sans pilote et «d'autres moyens de dissuasion», a annoncé à Sputnik la porte-parole du Pentagone Rebecca Rebarich.

«Les États-Unis ne cherchent pas un conflit militaire avec l’Iran, mais nous sommes capables et prêts à défendre les forces américaines et nos intérêts dans la région», a-t-elle ajouté.

Le Pentagone avait déjà envoyé mi-mai dans le Golfe un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement dans la région d'un porte-avions dont la présence a été justifiée par des menaces d'attaques «imminentes» attribuées à l'Iran.

Fin mai, les États-Unis avaient déjà annoncé le déploiement de 1.500 soldats supplémentaires au Moyen-Orient, invoquant des «menaces persistantes» contre les forces américaines. Des appareils de reconnaissance et de surveillance et un escadron de douze avions de chasse renforçaient le dispositif.

Les craintes d'une confrontation directe entre l'Iran et les États-Unis se sont accrues la semaine dernière lorsque deux pétroliers ont été attaqués dans le golfe d'Oman, près du détroit d'Ormuz.

Les États-Unis accusent les autorités iraniennes d'en être responsables, ce qu'elles nient.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Poutine rhabille un militaire palestinien en pleine cérémonie – vidéo
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
armes, Proche-Orient, États-Unis, Pentagone, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik