Ecoutez Radio Sputnik
    US Navy P-8 Poseidon aircraft

    L’Iran déclare qu'il aurait pu abattre un avion P-8 US se trouvant derrière le drone mais qu’il ne l'a pas fait

    © AFP 2019 Greg WOOD
    International
    URL courte
    8416010
    S'abonner

    Un avion P-8 états-unien avec 35 passagers à bord, accompagnant le drone américain abattu par les Gardiens de la révolution islamique le 20 juin, n’a pas été détruit avec l’appareil sans pilote, malgré le fait qu’il ait aussi violé l’espace aérien iranien, selon l’Iran.

    Le commandant de la Force aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique a déclaré le 21 juin qu’en plus du drone états-unien, l’espace aérien iranien a été également violé par un avion américain P-8, mais les Gardiens de la révolution islamique ne l’ont pas abattu.

    «Avec le drone états-unien dans la région se trouvait aussi un avion américain P-8 avec 35 passagers à bord. Cet avion est entré dans notre espace aérien et on aurait pu l’abattre, mais nous ne l’avons pas fait», a affirmé Amir Ali Hajizadeh, le commandant de la Force aérospatiale des Gardiens de la révolution islamique, cité par l’agence Tasnim.

    Le 20 juin, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui «était entré dans l'espace aérien iranien» dans la province d'Hormozgan, qui borde le détroit d'Ormuz. Un responsable états-unien a confirmé l’attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l’espace international.

    Malgré le fait que Donald Trump ait évoqué une grosse erreur de la part de l’Iran, en réagissant sur son compte Twitter à la destruction par les Gardiens de la révolution islamique d’un drone américain, plus tard dans la journée il a déclaré ne pas exclure l'hypothèse que le tir en question ait pu être une «erreur humaine».

    Tags:
    Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), défense, politique, Donald Trump, conflit, États-Unis, drone, attaque, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik