International
URL courte
31436
S'abonner

Après qu’un drone américain a été abattu par l’Iran, Donald Trump ne lâche pas le sujet, changeant plusieurs fois de décisions en ce qui concerne ce pays. En s’exprimant à la Maison-Blanche devant les journalistes, il a nommé une condition pour que l’Iran devienne le meilleur ami des États-Unis.

Face aux journalistes ce 22 juin à la Maison-Blanche, Donald Trump a proposé de faire de l’Iran d’une grande puissance, affirmant que si ce dernier renonce au nucléaire il serait son «meilleur ami».

«Nous n'allons pas laisser l'Iran se doter de l'arme nucléaire et quand ils auront accepté cela, ils auront un pays riche, ils seront tellement heureux et je serai leur meilleur ami. J'espère que ça va arriver», a lancé M.Trump à la presse.

Qui plus est, Donald Trump avance la proposition de remettre l’Iran «sur les rails de la reconstruction économique».

«Espérons qu'ils se montrent intelligents», a-t-il souhaité.

Avant de poursuivre:

«On va continuer à ajouter des sanctions économiques.»

Plus tôt dans la journée, le Président états-unien avait annoncé qu’il prévoyait d’imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran afin d’empêcher l’Iran d’obtenir l’arme nucléaire. Toutefois, il avait ajouté que des actions militaires étaient toujours possibles.

Ces derniers jours, les tensions entre Téhéran et Washington sont montées d’un cran. Le 20 juin, soit quelques jours après l’incident impliquant des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui «était entré dans l'espace aérien iranien» dans la province d'Hormozgan, laquelle borde le détroit en question. Un responsable états-unien a confirmé l’attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l’espace international.

Le lendemain, l’Iran a déclaré qu’il aurait également pu abattre un avion de reconnaissance américain. Quant à Donald Trump, il a affirmé qu’il était revenu sur sa décision de frapper des cibles iraniennes 10 minutes seulement avant que les avions ne décollent.

Lire aussi:

Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Un glacier de 500.000 mètres cubes risque de se détacher du Mont Blanc, évacuation en cours
La une du Monde sur Beyrouth avec une illustration du caricaturiste Plantu provoque un tollé
Au moins 16 fonctionnaires du port de Beyrouth, dont le directeur, en détention
Tags:
États-Unis, journalistes, Iran, sanctions, politique, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook