Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump,

    «Ce n'est pas mon genre de femme»: Donald Trump nie une nouvelle accusation de viol… à sa manière

    © Sputnik . Sergueï Guneev
    International
    URL courte
    1063
    S'abonner

    Suite aux accusations de viol dans les années 1990 de l’éditorialiste Elisabeth Jean Carroll, Donald Trump a démenti en affirmant «avec grand respect» que, tout d’abord, «ce n’était pas son genre de femme» et que «ce n’était jamais arrivé».

    Selon les affirmations d’Elizabeth Jean Carroll, éditorialiste renommée de la version américaine du magazine Elle, dans un entretien au magazine New York, elle a été violée dans les années 1990 dans un grand magasin de luxe new-yorkais par Donald Trump. En réponse, le Président américain a nié les accusations de la journaliste dans un entretien au site politique américain The Hill.

    «Je vais le dire avec grand respect. Premièrement, ce n'est pas mon genre de femme. Deuxièmement, ce n'est jamais arrivé. Ce n'est jamais arrivé, OK?», a rétorqué le Président américain.

    Pour Donald Trump, les révélations d’Elizabeth Jean Carroll ne sont qu’«un mensonge complet» venant d’une personne qu’il «n’a jamais rencontré de sa vie». Selon lui, l’éditorialiste n’était motivée que par le désir d’augmenter les ventes de son nouveau livre autobiographique intitulé «What Do We Need Men For? A Modest Proposal» (Pourquoi avons-nous besoin des hommes? Une proposition modeste), dans lequel elle a placé son témoignage.

    «Elle essaye de vendre un nouveau livre. Cela devrait vous faire comprendre quelles sont ses motivations», a affirmé le Président dans une déclaration écrite après la publication du témoignage de la journaliste. «Cela devrait être vendu au rayon fiction.»

    Certains internautes ont analysé le démenti du Président et l’ont perçu comme la confirmation directe du viol.

    «Trump parle comme un violeur avec une conscience coupable», indique un utilisateur de Twitter.

    Pour le journaliste Grant Stern, «rien n'est officiel jusqu'à ce que Trump mente et le nie».

    Cependant, des internautes estiment que l’éditorialiste est une menteuse et soutiennent les déclarations du Président.

    «Cela s’est passé il y a plus de 20 ans. Il n’y a pas eu de témoins. Elle ne va pas porter plainte. Elle vient d'écrire un livre», écrit un utilisateur de Twitter. «Des sanctions sévères doivent être infligées aux faux accusateurs comme elle», ajoute-il.

    Selon le politologue Dinesh D'Souza, les accusations de la journaliste n’ont d’autre but que d’augmenter les ventes de son nouveau livre: «Je suppose que nous pouvons nous attendre à ce qu’elle fasse le tour des médias puis disparaisse comme Susan Blasey Ford».

    Elizabeth Jean Carroll est au moins la 16e femme accusant Donald Trump d’agression sexuelle pour des faits qui auraient eu lieu avant son élection à la présidence. Toutes les accusations sont niées par le Président.

    Lire aussi:

    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Miss Centre-Val de Loire se moque d’elle-même après le détournement viral d’une de ses photos
    Le Pentagone réagit aux menaces turques de fermer la base aérienne d’Incirlik
    Végane depuis cinq ans, elle mange de la viande et s’étonne des résultats
    Tags:
    dénonciation, accusations, agressions sexuelles, harcèlement sexuel, scandale sexuel, abus sexuel, viol, président, Donald Trump
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik