Ecoutez Radio Sputnik
    Quai d'Orsay

    La France affirme son soutien à la Russie dans sa lutte contre le terrorisme suite à une attaque à Grozny

    © AFP 2019 Clemens Bilan
    International
    URL courte
    16445
    S'abonner

    La France a exprimé à la Russie sa solidarité et son soutien dans sa lutte contre le terrorisme à la suite d'une attaque à Grozny, en Tchétchénie.

    Paris a affirmé son soutien à Moscou dans la lutte antiterroriste suite à une attaque perpétrée dimanche 23 juin à Grozny.

    «La France condamne l’attaque perpétrée dimanche 23 juin en Tchétchénie. Nous exprimons notre soutien aux victimes de cette attaque et assurons la Fédération de Russie de notre solidarité dans la lutte contre le terrorisme», est-il indiqué sur le site du ministère français des Affaires étrangères.

    Le ministère russe de l’Intérieur - département de la Tchétchénie - a confirmé mardi 25 juin que l’identité de l’homme qui a attaqué un poste de la police routière à Grozny avait été établie.

    «L’identité de l’attaquant d’un policier à Grozny a été établie. C’est un habitant de la république [de Tchétchénie, ndlr] âgé de 22 ans», a indiqué aux médias russes le service de presse du ministère.

    Un agent de la police routière et un autre appartenant à la Garde nationale ont été blessés au couteau. Le garde national est venu en aide au policier, attaqué par un conducteur qu’il avait arrêté pour un contrôle de routine, avait précédemment indiqué à Sputnik un représentant de la Garde nationale.

    L’agresseur a été abattu. Une enquête a été ouverte.

    Par la suite, le père de l’assaillant a refusé d’organiser des funérailles à son fils et d'en porter le deuil.

    «J’ai lutté toute ma vie et je continuerai de lutter contre ces sheitans [démons, ndlr]. […] Je demande pardon au peuple», a déclaré Alkhazour Barzaïev à la chaîne de télévision Grozny.

    Tags:
    enquête, Sputnik, Garde nationale russe, attaque au couteau, Tchétchénie, Russie, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik