International
URL courte
18148
S'abonner

Les États-Unis envisagent de maintenir sur le long terme leur présence dans le nord de la Syrie où ils viennent d’ouvrir dans le gouvernorat de Deir ez-Zor leur troisième base militaire, affirme une source au sein des Forces démocratiques syriennes.

À en croire des sources au sein des Forces démocratiques syriennes (FDS), les États-Unis possèdent au total 25 bases militaires dans le nord de la Syrie et dans les zones contrôlées par la milice arabo-kurde. De plus, une nouvelle base vient de voir le jour dans la région d'Al-Baghouz (gouvernorat de Deir ez-Zor), à la frontière syro-irakienne, d’où les FDS ont délogé il y a trois mois les terroristes de Daech*, précisent les mêmes sources.

Un représentant des FDS ayant requis l’anonymat a souligné dans son commentaire à Sputnik que les États-Unis continuaient de mener leur politique de renforcement militaire dans le nord de la Syrie:

«Dans le cadre de la lutte contre Daech* et d’autres groupes terroristes, les États-Unis poursuivent la création de bases militaires dans les zones que nous avons précédemment libérées. D’après nos informations, les États-Unis envisagent de maintenir pour longtemps leur présence dans le nord de la Syrie».

Et d’expliquer qu’à cette fin, ils y créaient des infrastructures appropriées, notamment des bases militaires.

«Récemment, les États-Unis ont créé une nouvelle base militaire près d’Al-Baghouz que nous avons libéré de Daech* il y a quelques mois seulement. Cette base revêt une importance stratégique, car elle se trouve à la frontière syro-irakienne. Elle fait porter à trois le nombre de bases américaines à Deir ez-Zor», a poursuivi le représentant des FDS, précisant que le choix de cette zone était lié à la présence de pétrole et à la proximité avec l’armée syrienne.

Le 19 décembre 2018, Donald Trump a annoncé le départ précipité des militaires américains de Syrie, martelant que les États-Unis ne joueraient plus le rôle de «gendarme du Moyen-Orient».

Par la suite, la porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Sanders a annoncé que les États-Unis avaient commencé à retirer leurs troupes de Syrie, tout en soulignant que la victoire sur les djihadistes de Daech* ne signifiait pas la fin de la coalition antiterroriste dirigée par Washington.

* Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Philippe de Villiers assure avoir guéri du Covid en buvant du pastis conseillé par Didier Raoult
«Le dernier rempart de la paix civile est en train de céder», s’inquiète Philippe de Villiers
Nuit de chaos à Argenteuil, des policiers visés par des tirs de mortiers - vidéos
Les drogués du Nord de Paris sont désormais «gardés» dans un parc qui a coûté plus de 13 millions d’euros
Tags:
lutte anti-EI, Daech, présence militaire, base militaire, Al-Baghouz, Irak, Syrie, Forces démocratiques syriennes (FDS), États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook