Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine

    Poutine regrette que les USA n’aient pas accepté le plan russe de défense antimissile, car le monde serait différent

    © Sputnik . Aleksei Nikolskii
    International
    URL courte
    11533
    S'abonner

    Le Président russe a estimé, dans une interview accordée au Financial Times, que si les États-Unis avaient accepté à un moment donné la proposition russe de défense antimissile, «le monde d'aujourd’hui aurait été différent».

    Le monde aurait pu être différent aujourd’hui, d’après Vladimir Poutine qui, dans son interview au Financial Times, a évoqué le retrait des États-Unis du FNI et leur refus du plan russe de défense antimissile.

    «Je suis sûr que si nos partenaires américains l’avaient alors accepté [la collaboration de la Russie, des États-Unis et de l’Europe sur la défense antimissile, ndlr], le monde d'aujourd’hui aurait été différent. Mais, malheureusement, ce n’est pas le cas. Nous voyons une autre évolution de la situation liée au développement des armes et technologies militaires ultramodernes. Eh bien, cela n’a pas été notre choix. Mais aujourd’hui, il faut au moins tout faire pour ne pas aggraver la situation», a déclaré Vladimir Poutine le 27 juin, au cours de l'interview qu'il accordait au Financial Times avant le sommet du G20.

    Qui plus est, le Président russe a tenu à souligner que, sans le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), il n’y aura plus aucun moyen au monde pour empêcher la course aux armements.

    Ensuite, le chef de l’État a rappelé qu’il avait tenté à plusieurs reprises de convaincre les États-Unis de ne pas quitter le Traité en question.

    «J’ai entrepris des tentatives très énergiques pour convaincre nos partenaires de ne pas se retirer du Traité, nous avons beaucoup discuté et débattu.»

    Dans le cadre de cette interview, le Président russe a également déploré l’imprévisibilité du monde contemporain, exprimant en même temps l'espoir qu'un conflit nucléaire ne se produirait jamais entre les pays possédant l'arme nucléaire.

    «Le temps de la guerre froide était mauvais. C'était la guerre froide, mais ils avaient au moins quelques règles, auxquelles ils étaient attachés ou essayaient de le faire. Aujourd’hui, il me semble que les règles n’existent plus du tout. En ce sens, le monde est devenu plus fragmenté et moins prévisible, ce qui est le plus triste», a-t-il analysé.

    Avant le prochain sommet du G20, pour lequel les dirigeants des pays membres se réuniront à Osaka les 28 et 29 juin, Vladimir Poutine a accordé une interview au Financial Times.

    Donald Trump avait annoncé le 1er février que les États-Unis cesseraient dès le lendemain de respecter le Traité FNI, signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev, et qu'ils s'en retireraient officiellement au bout de six mois, sauf si Moscou cessait de violer l'accord. Le ministère russe des Affaires étrangères avait alors accusé les États-Unis de tester des systèmes interdits par le Traité FNI, ainsi que de déployer des systèmes de lancement Aegis sous la forme d'ABM en Europe, qui peuvent en quelques heures être convertis d'un système défensif en un offensif.

    Vladimir Poutine a indiqué, le 2 février, que la Russie suspendait aussi sa participation au Traité, en réponse au retrait unilatéral des États-Unis. Il a affirmé que Moscou ne se laisserait pas entraîner dans une nouvelle course aux armements onéreuse, avant d'ajouter que toutes les propositions russes sur le désarmement restaient «sur la table» et que les portes restaient «ouvertes».

    Lire aussi:

    Abdelmadjid Tebboune élu Président de l’Algérie dès le premier tour
    Un homme menaçant la police avec une arme blanche «neutralisé» à la Défense
    La Russie «est un allié très fiable de l’Algérie dans différents domaines»
    Tags:
    politique, Donald Trump, armes, nucléaire, Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), Russie, États-Unis, antimissiles, défense, Vladimir Poutine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik