Ecoutez Radio Sputnik
    S-400

    «C’est un problème», annonce Trump à Erdogan concernant l’achat des systèmes russes S-400

    © Sputnik . Serguei Pivovarov
    International
    URL courte
    Sommet du G20 à Osaka (2019) (21)
    12522

    S'exprimant en marge du G20 à Osaka, Donald Trump a indiqué en présence de Recep Tayyip Erdogan que l’acquisition par la Turquie de missiles russes S-400 était «un problème».

    Donald Trump a estimé que la question de l'acquisition de systèmes sol-air russes S-400 par la Turquie était «complexe», tout en ajoutant que des discussions étaient en cours.

    «Nous sommes dans une situation très compliquée parce que le Président [Erdogan, ndlr] n'a pas pu acheter des missiles Patriot», a estimé Donald Trump en marge du G20 à Osaka aux côtés du Président turc. «On ne peut pas faire des affaires comme ça. Ce n'est pas bon», a-t-il ajouté, cité par Reuters.

    «C'est un problème, c'est indéniable», a encore déclaré le chef d’État américain.

    De son côté, la Turquie a estimé samedi 29 juin qu'il n'y avait pas de remise en cause de l'accord passé avec la Russie pour la livraison des S-400.

    «Nous attendons maintenant la phase de livraison, et il n'y a pas de remise en cause de notre accord», a dit M.Erdogan, précisant qu'il était nécessaire pour son pays que l'accord prévoie une production commune des systèmes et un transfert de technologie.

    En début de semaine, il avait déjà averti que la Turquie ne ferait pas «marche arrière» sur ce dossier.

    «La Turquie n'a pas à négocier avec quelque pays que ce soit, demander de permission et encore moins courber l'échine devant les pressions lorsqu'il s'agit de répondre à ses besoins en matière de sécurité», avait-il lancé.

    La Turquie et les États-Unis s'opposent sur la question de l'acquisition de systèmes sol-air russes de dernière génération, Donald Trump ayant brandi la menace de sanctions si l'accord entre Ankara et Moscou était mené à son terme.

    Le Président Erdogan refuse de se plier aux exigences américaines. Avant sa rencontre avec Vladimir Poutine en marge du sommet du G20 à Osaka, il a expliqué que cet accord sur les S-400 renforçait les liens entre les deux pays.

    Washington fait valoir que ces systèmes de missiles sont de nature à menacer le chasseur furtif F-35 développé par Lockheed Martin et dont la Turquie, associée au programme, entend faire l'acquisition.

    Dossier:
    Sommet du G20 à Osaka (2019) (21)

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    Des chasseurs britanniques décollent d’une base de l’Otan pour barrer la route à des Su-30 russes
    Tags:
    Ankara, Turquie, États-Unis, S-400, Donald Trump, Recep Tayyip Erdogan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik