International
URL courte
5197
S'abonner

Les livraisons des systèmes de défense antiaérienne russes S-400 à la Turquie commenceront d'ici 10 jours, a annoncé le Président turc Recep Tayyip Erdogan en marge du sommet du G20 au Japon.

La Russie commencera les livraisons de ses systèmes antiaériens S-400 à la Turquie au cours des 10 prochains jours, a fait savoir le Président turc Recep Tayyip Erdogan en marge du sommet du G20 à Osaka.

Il s’est également déclaré certain qu’Ankara parviendrait à régler ses différends avec Washington qui estimait impossibles les livraisons parallèles de S-400 depuis la Russie et de chasseurs F-35 depuis les États-Unis.

«Pour l’instant nous n’avons rien entendu à propos des sanctions. Ce thème n’a été abordé ni lors de nos négociations ici [au Japon, ndlr], ni lors des entretiens téléphoniques avec Trump», a signalé le dirigeant turc, cité par la chaîne de télévision NTV.

Recep Tayyip Erdogan avait auparavant déclaré que la livraison des systèmes S-400 était «une affaire réglée». Donald Trump a confirmé en marge du sommet du G20 que les États-Unis n’imposeraient pas de sanctions à la Turquie à cause de la fourniture de ces systèmes russes.

La fin de la livraison des S-400 à la Turquie et de la formation des spécialistes turcs par des militaires russes est prévue pour la fin de l’année 2019.

Fin 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de S-400, prévue en juillet 2019. Selon le ministère turc de la Défense, Ankara commencera à déployer les systèmes sur son territoire dès octobre 2019.

Washington a prévenu la Turquie que le contrat conclu avec Moscou pourrait remettre en cause l'achat d'avions de chasse furtifs F-35 à Lockheed Martin. Pourtant, Recep Tayyip Erdogan a à plusieurs reprises promis que son pays ne reviendrait pas sur sa décision d'acheter des S-400.

Lire aussi:

Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Tags:
F-35 Lightning II, S-400, Donald Trump, Recep Tayyip Erdogan, États-Unis, Russie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook