Ecoutez Radio Sputnik
    Manifestation contre l'extradition de Julian Assange vers les États-Unis

    Il était question de transférer Assange en Russie, selon El Pais

    © Sputnik . Demond Cureton
    International
    URL courte
    Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (79)
    5523
    S'abonner

    Julian Assange était espionné 24 heures sur 24 lors de son long séjour dans l'ambassade d'Équateur à Londres, selon le quotidien espagnol El Pais qui a eu accès à des documents, des vidéos et des audio révélateurs.

    Une société privée de sécurité espagnole, Undercover Global SL, chargée de la protection de la mission diplomatique équatorienne au Royaume-Uni entre 2012 et 2018, y a espionné en permanence Julian Assange pendant son séjour, a annoncé le journal El Pais en se basant sur des documents, des vidéos et des enregistrements audio qu’il s’est procurés.

    Le média indique que plusieurs caméras ont filmé entre décembre 2017 et mars 2018 des dizaines de rencontres entre le fondateur de WikiLeaks et, notamment, ses avocats, avec qui il développait une stratégie de défense. Pendant ces rencontres, il a ainsi été question de le faire sortir de l'ambassade pour l'amener en Russie ou à Cuba. Ces projets n'ont finalement pas été exécutés, M.Assange les considérant comme «une défaite».

    Ce dernier était également obsédé par l’idée d’être surveillé et organisait ses rencontres les plus importantes dans la salle de bain pour dames, qu’il jugeait être la plus sûre.

    Les représentants d’Undercover Global SL refusent de confirmer l’avoir espionné.

    Le 1er juillet, le rédacteur en chef de WikiLeaks Kristinn Hrafnsson avait fait savoir que Julian Assange avait été transféré à l’hôpital pénitentiaire de la prison de Belmmarsh à cause de son état de santé et que son état psychologique se stabilisait. Auparavant, l’expert de l’Onu Nels Metzer avait signalé que le fondateur de WikiLeaks présentait «tous les symptômes d’une longue souffrance provoquée par la torture psychologique».

    Julian Assange, 48 ans, a été arrêté le 11 avril à l'ambassade d'Équateur à Londres où il s’était réfugié depuis sept ans, dans la crainte d'une demande d'extradition de la part des États-Unis. Il a été condamné au début du mois de mai à près d'un an de prison par la justice britannique pour violation des termes de sa liberté conditionnelle lorsqu'il s'était réfugié à l'ambassade en 2012.

    Dossier:
    Arrestation de Julian Assange à Londres, 2019 (79)
    Tags:
    Cuba, Russie, Julian Assange, Equateur, Londres
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik