Ecoutez Radio Sputnik
    Cybersécurité (image d'illustration)Cybersécurité (image d'illustration)

    Le groupe Mozilla parmi les principaux «méchants de l'Internet» en 2019

    CC0 / JanBaby / Security
    International
    URL courte
    3426

    L’association britannique des fournisseurs de services Internet ISPA cite Mozilla parmi les trois «vilains» de l’Internet en 2019, dénonçant son projet de soutien au protocole DNS-over-HTTPS qui complique le filtrage d’accès à Internet. Entretemps, Mozilla rechercherait des partenaires dans d’autres pays européens.

    La décision d’introduire la prise en charge du protocole DNS-over-HTTPS (DoH) dans le navigateur Firefox, qui «sape les normes de sécurité au Royaume-Uni», a valu la nomination au titre de «méchant» de l’Internet 2019 à l’éditeur Mozilla, a annoncé l'Internet Service Providers Association (ISPA), une association professionnelle des fournisseurs de services Internet au Royaume-Uni.

    Selon l’ISPA, l’idée d’utiliser le protocole DoH vise «à contourner les obligations de filtrage et les contrôles parentaux au Royaume-Uni, sapant ainsi les normes de sécurité sur Internet».

    Le protocole de télécommunication DoH (IETF RFC8484) fonctionne au niveau de l'application (comme un navigateur ou une application mobile), plutôt qu'au niveau du système d’exploitation. Il envoie des requêtes DNS via une connexion HTTPS chiffrée, alors que les requêtes DNS classiques sont envoyées en clair, en utilisant le protocole UDP (User Datagram Protocol). 

    Les requêtes DNS d’un utilisateur utilisant le protocole DoH sont ainsi invisibles pour les observateurs tiers, tels que les fournisseurs d’accès à Internet, et toutes les requêtes et réponses DNS du DoH sont cachées dans un «cloud» (nuage, en français) de connexions chiffrées, impossible à distinguer des autres trafics HTTPS, explique le site Zdnet.

    Cela compliquera donc la tâche aux FAI dans leurs obligations de filtrage de l'accès à Internet pour leurs abonnés, notamment avec des mécanismes de listes noires.

    Réagissant à la décision de l’ISPA, le groupe Mozilla a souligné qu’il s’agissait d’une mauvaise interprétation, d’après TechCrunch.

    «Malgré les affirmations contraires, un DNS plus privé n'empêcherait pas l'utilisation du filtrage ou du contrôle parental au Royaume-Uni. […] Notre objectif est de construire un Internet plus sûr. […] Nous ne prévoyons pas d’activer DNS-over-HTTPS par défaut au Royaume-Uni. Cependant, nous recherchons des partenaires potentiels de DoH en Europe pour apporter cette fonctionnalité de sécurité importante à d’autres Européens», a indiqué un porte-parole de la société, cité par le média.

    Les deux autres «méchants» de l’année 2019, selon l’ISPA, sont l'Article 13 de la directive européenne sur le droit d'auteur et le Président américain Donald Trump, qui a «provoqué une grande incertitude dans le système mondial d’approvisionnement en télécommunications dans le but de protéger la sécurité nationale» des États-Unis.

    Le grand «vilain» de l’année sera désigné lors d’une cérémonie programmée le 11 juillet à Londres.

    Lire aussi:

    «Kim Jong-un» charrie les armes françaises et s’invite au défilé du 14 juillet à Paris - vidéo
    «On a pris Paris plus vite que les Allemands»: des supporters algériens exultent – vidéo
    «Cela ne ressemble pas à une blague»: Zineb El Rhazoui face aux propos d’une humoriste sur la supériorité des Algériens
    Tags:
    DNS-over-HTTPS (DoH), cybersécurité, Internet Service Providers Association (ISPA), Internet, Mozilla Firefox, Mozilla
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik