Ecoutez Radio Sputnik
    La Lune

    La Terre pourrait être contaminée par des microbes lunaires suite à la mission Apollo 11

    CC0 / Mhy / Lune
    International
    URL courte
    18625
    S'abonner

    Lors de son amerrissage, Apollo 11 aurait pu ramener des microbes lunaires sur notre planète, ont dévoilé les astronautes ayant participé à cette mission. Selon eux, ces germes pourraient se trouver sur Terre notamment à cause d’un chiffon contaminé jeté dans l’océan.

    Buzz Aldrin et Michael Collins, les astronautes ayant aluné le 20 juillet 1969 dans le cadre de la mission Apollo 11, ont fait savoir que, probablement, la Terre avait été contaminée par des microbes lunaires, informe The Independent.

    Bien que la Nasa ait été préparée à exterminer la moindre bactérie, la procédure de décontamination au retour de la mission sur Terre a connu certaines difficultés.

    Les microbes, débarquez!

    «Il faut bien en rire un peu», affirme Michael Collins dans le documentaire Chasing the moon  de PBS avant de poursuivre:

    «Supposons qu'il y ait des microbes sur la Lune. […] Nous revenons, le module de commande est plein de microbes lunaires. [Il] atterrit dans l'océan Pacifique et que font-ils? Ils ouvrent l’écoutille. Tous ces fichus microbes sortent!»

    Un chiffon contaminé

    Quant à Buzz Aldrin, qui a été interviewé par Space.com, il évoque le «nettoyage» post-amerrissage parmi les causes de la possible contamination. Ainsi, en plein océan Pacifique, ils ont été essuyés avec un chiffon spécifique… jeté ensuite à l’eau par le personnel. L’astronaute s’est demandé si ces microbes pourraient survivre dans les profondeurs océaniques.

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Tags:
    Terre, Lune, bactérie, Apollo
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik