International
URL courte
5323
S'abonner

La République islamique menace l’UE d’un scénario catastrophe dans lequel les Européens seraient contraints de payer 200 dollars pour un baril de pétrole.

Si les Européens ne tiennent pas leurs promesses envers Téhéran, ils paieront bientôt 200 dollars le baril de pétrole, a déclaré le député du Madjles (parlement iranien) Abolfazl Hassanbeigi.

«Les Européens doivent être conscients du fait que s’ils poursuivent sur cette lancée, ils seront contraints de payer 200 dollars pour un baril de pétrole, tandis que nous aurons les mains libres pour sortir du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires», a lancé le parlementaire, cité par l’agence Fars.

Ces déclarations interviennent après que Téhéran avait annoncé avoir procédé à la production d’uranium enrichi à 4,5%, soit plus que la limite autorisée par l’accord nucléaire de Vienne.

Ce que Téhéran demande à l’UE

L’Iran exige que les Européens prennent des mesures pour lui permettre d’exporter son pétrole et d’avoir des relations bancaires et commerciales avec le reste du monde, en dépit des sanctions américaines, faute de quoi la partie iranienne passera à des paliers «plus forts», selon un porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Jeudi 11 juillet, Emmanuel Bonne, haut conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron, s’est rendu à Téhéran où il a été reçu par le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

Selon le Guardian, la partie iranienne a promis lors de la rencontre d’augmenter le niveau d’enrichissement de son uranium tant que l’UE n’aura pas rétabli sa coopération économique avec le pays.

Lire aussi:

«Épidémie toujours très dynamique»: près d'un millier de nouveaux décès en France, le bilan dépasse les 13.000
Ce pays serait le premier au monde à avoir vaincu le coronavirus
Chômage totalement hors de contrôle aux Etats-Unis: vers un nouveau 1929?
Tags:
accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Mohammad Javad Zarif, Emmanuel Macron, Emmanuel Bonne, Union européenne (UE), sanctions, pétrole, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook