Ecoutez Radio Sputnik

    La guerre US en Irak ne valait pas la peine d'être menée, selon deux tiers des anciens combattants

    CC BY 2.0 / Pvt. Ashunteia Smith
    International
    URL courte
    25371
    S'abonner

    Pour 64% des vétérans, la guerre en Irak ne valait pas la peine d’être menée, révèle une nouvelle étude réalisée par le Pew Research Center. Les sympathisants du Parti républicain, cependant, seraient plus enclins à l’approuver.

    La majorité des anciens combattants et le grand public s'accordent pour dire que les guerres américaines en Irak et en Afghanistan ne valaient pas la peine d'être engagées et ont des vues similaires sur la campagne militaire américaine en cours en Syrie, relate le site Quartz.

    Ces résultats proviennent d'une nouvelle enquête réalisée auprès d’adultes américains par le Pew Research Center. La guerre en Irak, en particulier, a été jugée futile, ce qui suggère que l’opinion publique s’accorde avec les conclusions des stratèges militaires américains affirmant que le principal bénéficiaire de l’invasion de 2003 était l’Iran, précise l’article.

    Pour 64% des anciens combattants, la guerre en Irak ne valait pas la peine d’être menée si l’on compare ses coûts par rapport aux avantages pour les États-Unis, selon l’étude. L’opinion du grand public est presque identique: 62% des Américains disent que la guerre en Irak n’en valait pas la peine.

    ​Bien que la guerre en Afghanistan ait débuté il y a 18 ans et celle en Irak il y a 16 ans, l'opinion publique sur cette question reste plutôt négative. John Bolton, l'un des architectes de la guerre en Irak et conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, est considéré comme celui qui pousse désormais les États-Unis vers de nouvelles confrontations avec l'Iran, selon l’étude.

    Trump en bon commandant?

    Cette enquête montre que de nombreux Américains seraient plutôt d’accord avec l’opinion pessimiste sur les conflits américains à l’étranger, conclut l’article. Néanmoins, il existe un clivage partisan important. Les sympathisants républicains sont plus enclins à considérer les guerres comme des sacrifices américains, bien qu'une majorité d'entre eux estiment toujours que les deux guerres étaient vaines. Les vétérans républicains sont le seul groupe dans le cadre de l'enquête à penser que le conflit en Syrie mérite l'engagement des États-Unis, précise l’étude.

    Les chercheurs de Pew ont également découvert qu'une majorité d'anciens combattants approuvent le travail de Trump en tant que commandant en chef de l'armée américaine. Les enquêteurs ont déclaré à Quartz qu'ils n'avaient pas posé de question spécifique à propos d'un précédent Président, mais ont noté qu'en 2011, un sondage mené auprès d'anciens combattants et de membres de leurs familles révélait la même scission pour le Président de l'époque, Barack Obama, avec seulement 41% des personnes interrogées désapprouvant son leadership militaire.

    Opération «Liberté irakienne»

    Le 5 février 2003, Colin Powell, alors secrétaire d'État américain, a pris la parole à l'Onu et annoncé que les États-Unis disposaient d'un grand nombre de preuves de production d'armes de destruction massive en Irak. En guise d'exemple, il a présenté une ampoule contenant prétendument des «bacilles d'anthrax». Le 20 mars 2003, les troupes américaines et britanniques se sont ingérées sur le territoire irakien: l'opération «Liberté irakienne» commençait. Colin Powell a reconnu dès 2004 que ses données étaient erronées voire falsifiées.

    Dix ans plus tard, le 12 juin 2013, le Président George W. Bush a annoncé que le directeur de la CIA George Tenet avait reconnu sa responsabilité pour ne pas avoir averti le chef d'État sur le caractère non-authentique des informations sur les armes de destruction massive en Irak. Ainsi, il a avoué l'absence de motifs pour l'invasion du pays, mais n'a pas présenté ses excuses.

    En 2015, l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair a considéré les données sur l'existence d'armes de destruction massive comme incorrectes et a demandé pardon à titre personnel.

    Tags:
    Pew Research Center, Afghanistan, sondage, États-Unis, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik