International
URL courte
223614
S'abonner

Nigel Farage a critiqué Emmanuel Macron lors de son discours au Parlement européen. Opposé à l’idée d’une armée européenne, il a qualifié le Président français de «version mise à jour de Napoléon».

Nigel Farage, le leader du Parti du Brexit, a vivement critiqué le 16 juillet au Parlement européen, à Strasbourg, M.Macron pour le soutien qu’il apporte à la création d’une armée de l’Union européenne qui rivaliserait avec l’Otan.

Dans son discours, il l’a qualifié de «version mise à jour de Napoléon».

M.Farage a longtemps mis en garde contre les projets de regroupement des forces militaires de l'Union européenne au sein d'une force de défense commune. Le Président français a toutefois insisté à plusieurs reprises sur la création d’une armée commune.

 «Quand ce sera terminé [la création de l’armée européenne, Ndlr], l’Otan cessera d’exister ou n’aura plus aucune pertinence en Europe. Pour ne pas rester à l’écart, le Président français Emmanuel Macron, dimanche 14 juillet, à l’occasion du jour de la Bastille, se tenait à l’avant d’une voiture à toit ouvert, avec sa force de défense européenne derrière lui, apparaissant aux yeux du monde entier comme une version actualisée de Napoléon», a déclaré M.Farage.

 

Tentative échouée

Exhortant ses collègues à ne pas voter pour Ursula von Der Leyen, un allié potentiel de Macron, et de ne pas la placer à la tête de la Commission européenne pour éviter la création d'une force armée européenne, le Britannique a également annoncé: «C’est une fanatique de la construction d'une armée européenne mais elle n'est pas seule». 

Ses propos n’ont cependant pas réussi à convaincre l’audience. Ursula von Der Leyen a bien été élue.

Lire aussi:

Pour faire adopter le pass sanitaire, «le gouvernement mène une guerre d’usure aux Français»
Documentaire sur Jeanne d'Arc censuré: la polémique gagne l'Assemblée nationale – vidéo
«Il me faut beaucoup plus que ça»: cet ancien ministre «n’arrive pas à vivre» avec près de 4.000 euros de retraite
Nicolas Sarkozy redoute que «notre avenir ne soit sombre»
Tags:
Ursula von der Leyen, armée européenne, Parlement européen, Emmanuel Macron, Nigel Farage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook