Ecoutez Radio Sputnik
    Destructions dans le Donbass

    Le Donbass sera-t-il autonome en Ukraine? C’est le prix de la paix selon Viktor Medvedchouk

    © Sputnik . Sergey Averin
    International
    URL courte
    Edouard Chanot
    31816

    La guerre entre l’Ukraine et les régions autoproclamées du Donbass n’en finit plus. Devant l’impasse, Viktor Medvedchouk, leader de l’opposition ukrainienne, était à Strasbourg pour présenter au Parlement européen un plan de paix, avec à la clé l’autonomie du Donbass, et donc son retour en Ukraine. Sputnik s'est entretenu avec lui.

    Comment résoudre le conflit dans le Donbass, qui a fait plus de 13.000 morts civils, et qui dure depuis 5 années —le plus long en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale? C’est pour présenter son plan de paix que Viktor Medvedchouk, le chef de file du parti d’opposition Le Choix de l’Ukraine, proche de Vladimir Poutine, était à Strasbourg à l’invitation des députés Nicolas Bay (RN) et Nathan Gill (Parti du Brexit). Il a précisé à Sputnik ses intentions entre deux rendez-vous.

    «[Mon plan] à la particularité de se fonder sur les accords de Minsk», nous explique-t-il, avant de préciser son ambition: «en fait, notre plan est un guide d’application des accords de Minsk. Nous avons utilisé les lacunes de ces derniers pour l’élaborer.» Car si ces accords de février 2015 sont en effet parvenus à restreindre les zones de guerre et l’usage de missiles, ils n’ont toutefois pas mis un terme au conflit.

    «Le pouvoir précédent [détenu par Petro Porochenko, NDLR] voulait un pouvoir unitaire malgré les différentes langues, les différentes religions. Ça a échoué.»

    Viktor Medvedchouk, le chef de file du parti d’opposition Le Choix de l’Ukraine
    © Sputnik .
    Entre deux rendez-vous, Viktor Medvedchouk a précisé son plan à Sputnik: «ce ne sera pas une confédération: ce sera l’unité nationale avec un statut spécial pour le Donbass».

    Poussant dans le sens d’un «dialogue direct» avec les rebelles, Medvedchouk affirme: «c’est un conflit interne, Kiev doit le régler avec Donetsk et Lougansk». Alors que 75% des Ukrainiens veulent la paix, Medvedchouk estime qu’il est temps de tourner la page de l’ère Petro Porochenko, l’ancien et très va-t-en guerre Président ukrainien: «le pouvoir précédent voulait un pouvoir unitaire malgré les différentes langues, les différentes religions. Ça a échoué. Nous proposons la restauration de la confiance». Aussi Medvedchouk veut-il croire aux bonnes intentions du nouveau Président, Volodymyr Zelensky, à l’égard des régions russophones.

    Un Donbass autonome, délimité par la ligne de front actuelle

    Tâchant de parvenir à un compromis acceptable par les belligérants, Medvedchouk envisage une amnistie pour les rebelles et surtout une autonomie pour la région, en échange d’un retour au sein de l’État ukrainien. Il se veut rassurant: «nous n’avons pas l’intention de bouleverser les institutions, mais d’instaurer un statut de région autonome, qui existe mais n’est pas appliqué». Aussi affirme-t-il que les autorités des régions autoproclamées, avec qui il est en lien, auraient accepté de faire de ce plan une base pour les négociations à venir.

    Carte Donbass en guerre
    Carte du Donbass en guerre : les zones grises sont contrôlées par l'armée ukrainienne. La frontière avec la Russie, en rouge, est contrôlée par les sératistes.

    Question cruciale, la future région autonome devrait, selon le candidat ukrainien, être délimitée par la ligne de front qui scinde désormais la région en deux, c’est-à-dire correspondre aux zones non contrôlées par l’armée ukrainienne à l'heure actuelle. Un choix qui pourrait frustrer les rebelles, puisque le port stratégique de Marioupol et la ville de Slaviansk sont aujourd'hui sous le contrôle de Kiev, bien qu’ils aient été partie intégrante des districts du Donbass avant le conflit.

    «[La délimitation de la région autonome] est un point à négocier, cela changera peut-être.»

    «Nous essayons de résoudre des problèmes, pas d’en créer de nouveaux», a-t-il précisé à Sputnik en aparté, avant d’ajouter: «mais c’est un point à négocier, cela changera peut-être». Autre point épineux, les armées rebelles, aguerries par cinq ans d’un rude conflit. À qui les soldats et forces de l’ordre devront-elles obéir, selon le scénario de l’autonomie? «Toutes les nominations seront faites par Kiev, mais avec confirmation des autorités de Donetsk ou Lougansk», répond-il.

    Viktor Medvedchouk, le chef de file du parti d’opposition Le Choix de l’Ukraine (centre). A droite, le député Nicolas Bay (RN), instigateur de la conférence.
    © Sputnik .
    Viktor Medvedchouk, invité au Parlement européen par Nicolas Bay (RN). « Les nations d’Europe ne peuvent pas se désintéresser de leur périphérie immédiate. Les institutions européennes ont utilisé le conflit en Ukraine pour envenimer un climat de guerre froide avec la Russie », a déclaré l'élu du RN à Sputnik. « La démarche de M. Medvedchouk nous semble tout à fait conforme aux intérets de l'Ukraine et de nos nations, » a-t-il ajouté.

    Car dans l’absolu, Viktor Medvedchouk ne propose pas un plan de fédéralisation: «les domaines régaliens dépendront du niveau national. Ce ne sera pas une confédération: ce sera l’unité nationale avec un statut spécial pour le Donbass».

    Ainsi résout-il par la même occasion le problème de l’impôt. Sous-jacent à celui-ci –le refus de certains, de chaque côté de la ligne de front, de payer demain pour leurs ennemis d’hier: «la législation ukrainienne prévoit qu’une partie ira à Kiev et une partie restera sur place». Cependant, «il faut prévoir un privilège d’imposition. Nous devons créer de meilleures conditions pour reconstruire la région». Les nécessités de la période suivant le conflit pourraient donc primer: «nous pouvons prévoir qu’une plus grande partie n’aille pas à l’Ukraine mais reste sur place».

    «Il faut prévoir un privilège d’imposition. Nous devons créer de meilleures conditions pour reconstruire le Donbass.»

    La relance économique passe selon lui par la création d’une zone franche dans le Donbass, pour notamment attirer de nouveau les investisseurs. Poumon industriel de l’Ukraine, le Donbass ne représente qu’un dixième de la population de l’Ukraine, mais un cinquième de son PIB. Une aide financière permettrait toutefois, au-delà de la reconstruction indispensable, de moderniser les infrastructures du Donbass.

    L’affaire des «passeports russes» dans le Donbass

    Néanmoins, ce projet de retour des Républiques autoproclamées en Ukraine n’est-il pas voué à l’échec, depuis le décret signé par Vladimir Poutine en mai dernier pour faciliter aux habitants du Donbass l’obtention de passeports russes? Ces derniers n'ont-ils pas davantage fait le choix de la Russie? «Les passeports n’influencent en rien le plan, nous répond Medvedchouk: c’est une partie de la réforme migratoire en Russie, ils ont libéralisé la procédure. Il existe au sein de la Fédération de Russie une loi permettant l’octroi de la nationalité à ceux qui sont nés et ont vécu sur le territoire de l’Union soviétique. Ces personnes peuvent obtenir la nationalité mais il fallait un an pour obtenir les papiers. La procédure a été réduite à 3 mois. C’est un problème différent», estime-t-il, avant de concéder une corrélation: «depuis 2014, les papiers d'identité ne sont plus délivrés par les services administratifs, c’était une nécessité humanitaire pour permettre aux gens [du Donbass] de circuler». Loin de percevoir la proposition du Kremlin comme une «provocation», comme l’a estimé l’Élysée, Medvedchouk joue donc aussi la carte de la conciliation avec le voisin russe... malgré la Crimée.

    Réputé proche du Kremlin, Medvedchouk a cependant toujours estimé que la presqu’île, rattachée à la Russie au printemps 2014, était une terre ukrainienne. «Le problème est plus complexe [que celui du Donbass], répond-il: la Fédération de Russie a déclaré ne pas vouloir négocier là-dessus». Semblant regretter une seconde impasse diplomatique, il poursuit: «Le problème existe, nous continuons de soutenir que la Crimée appartient à l’Ukraine».

    A contrario, le Kremlin a toujours admis, comme l’explicitent les accords de Minsk, que le Donbass était partie intégrante de l’Ukraine.

    Tags:
    Parlement européen, plan de paix, paix, prix, indépendance, autonomie, Ukraine, République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), conflit ukrainien, Donbass
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik