Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats US. Image d'illustration

    Les USA renforceraient leurs troupes en Arabie Saoudite, en pleine crise avec l’Iran

    © AP Photo / Aaron Favila
    International
    URL courte
    4124

    Sur fond de regain des tensions avec l’Iran, les États-Unis se préparent à déployer 500 militaires supplémentaires sur leur base aérienne en Arabie Saoudite, relate CNN.

    L’administration Trump est prête à envoyer des forces supplémentaires en Arabie Saoudite, rapporte la chaîne CNN, qui cite deux officiels sous couvert d’anonymat.

    Selon ses informations, 500 militaires seront transportés dans le cadre de ce déploiement vers la base aérienne Prince Sultan, située à l’est de la capitale Riyad. Ils aideront les soldats US déjà présents sur place à préparer la base à une éventuelle implantation de missiles Patriot.

    Le choix de la base Prince Sultan par les États-Unis s’explique par le fait qu’elle se trouve dans une zone éloignée. Il faudrait donc du temps aux missiles iraniens pour l’atteindre, explique la chaîne.

    Le Pentagone s’est abstenu de commenter l’information, mais CNN affirme que le déploiement sera officiellement annoncé la semaine prochaine.

    Tensions au Moyen-Orient

    La région connaît un regain de tensions consécutif au retrait des États-Unis de l’accord de Vienne censé encadrer le programme nucléaire iranien et à la réimposition des sanctions américaines à l’encontre de la République islamique.

    En 2019, les États-Unis ont commencé à renforcer leur présence militaire dans la zone, évoquant la menace iranienne et accusant Téhéran de vouloir se doter de l’arme atomique. En juin, les forces iraniennes ont abattu un drone de l’armée américaine qui avait, selon l’Iran, violé sa frontière nationale.

    Dans le même temps, la République islamique a à plusieurs reprises souligné qu’elle ne cherchait pas la guerre avec les États-Unis.

    Tags:
    accord de Vienne sur le nucléaire iranien (2015), Patriot (missile), présence militaire, États-Unis, Arabie Saoudite, tensions, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik