International
URL courte
5136
S'abonner

L’hôtel Premier Inn de Bristol était en proie à un violent incendie depuis plusieurs heures, montrent des images partagées par des témoins. La circulation sur la route voisine a été interrompue en raison d'une fumée épaisse. Une opération de nettoyage des dégâts a été lancée après que l’incendie a été contenu.

Les clients ont déserté en panique l’hôtel Premier Inn de Bristol, dans le sud-ouest de l’Angleterre, à cause d’un violent incendie, indique la presse locale. Le feu s’y est déclaré dans la soirée de mercredi et n’a pas pu être maîtrisé pendant de longues heures.

​Le service local des pompiers a annoncé avoir déployé de multiples fourgons d'incendie. De grands nuages de fumée se sont élevés au-dessus des lieux.

En flammes, l’immeuble s’est par la suite effondré. Le service local des secours a confirmé que tous ceux qui ont fait une réservation dans l’hôtel avaient été identifiés.

L’épaisse fumée a causé des problèmes de visibilité pour les conducteurs roulant sur la route près de l’établissement. La circulation a été interrompue.

Le service des pompiers a travaillé pendant toute la nuit. Une opération de nettoyage des dégâts a été lancée après que l’incendie a été contenu.

Comme l’a indiqué à Sky News une porte-parole de Premier Inn, l’hôtel «a subi des dommages importants».

Une enquête a été initiée pour déterminer la cause du sinistre, tandis que la police a conseillé aux habitants de contourner la zone et de laisser leurs fenêtres fermées.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
police, secouristes, circulation, Angleterre, Bristol, témoins, clients, effondrement, incendie, hôtel, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook